Alexy Bosetti suspendu pour avoir montré ses tatouages, Nice fait appel

FOOTBALL L’attaquant a écopé d’un match de suspension…

R.B.

— 

Alexy Bosetti lors du match contre Nantes le 5 janvier 2014
Alexy Bosetti lors du match contre Nantes le 5 janvier 2014 — Charly Triballeau / AFP

La «provocation» n’est pas passée du côté de la Fédération française de football. Buteur lors du seizième de finale de Coupe de France contre Marseille le 21 janvier (4-5), Alexy Bosetti était allé fêter son but devant l’une des tribunes du Vélodrome en exhibant son bras droit. Un bras où figurent des tatouages des symboles niçois comme un emblème d’un ancien groupe ultra du club, de la tête de l’ex-maire de la ville Jacques Médecin et de celle d’Albert Spaggiari, auteur du casse du siècle en 1976. La commission de discipline de la FFF a décidé de sanctionner le geste de l’attaquant d’un match de suspension.

«Et Ibrahimovic, ce n’était pas pire»

La sanction a surpris au sein du club azuréen, qui a décidé de faire appel. «C’est une décision totalement injuste et disproportionnée», souligne le directeur général niçois Julien Fournier dans les colonnes de L’Equipe. «Quand je l’ai appris, j’ai cru à un gag, raconte le père du joueur dans les colonnes du quotidien sportif. Et Ibrahimovic, quand il a mimé un tir au pistolet envers le bac de Toulouse, ce n’était pas pire?»

Formé au club, le jeune homme (20 ans) n’a jamais caché sa sympathie pour les ultras niçois.