À Toulon, ils sont tous avec Bernard Laporte

Camille Belsoeur, à Toulon

— 

L'entraîneur du RCT Bernard Laporte.
L'entraîneur du RCT Bernard Laporte. — P. RODRIGUEZ / SIPA

Partout en France ailleurs qu’à Toulon, les saillies incendiaires du coach Laporte à l’encontre de l’arbitre Laurent Cardona, au sifflet lors du dernier Toulon-Grenoble (21-22), auraient sans doute fait du grabuge. Mais sur la Rade, ces énormes colères et les mots crus de l’entraîneur du RCT, semblent  presque normales, comme un pan de folklore.

Le premier à avoir pris la défense de l’ancien coach du XV de France est l’inévitable président du club varois Mourad Boudjellal, lui aussi réputé pour ses coups de sang dévastateurs. «Jamais je n’ai empêché quelqu’un de parler, je ne vais pas commencer avec Bernard, a lâché en signe de soutien Boudjellal en début de semaine. S’il s’agissait d’un joueur, j’interviendrais. Mais pas là. Je n’arrêterais Bernard que s’il s’en prenait à l’homme, à la vie privée. Mais il ne fait que critiquer un arbitre qui fait rire tout le Top 14. Le Achille Zavatta de l’arbitrage.»

Du côté des supporters, le discours est dans la même veine. « Avec le président on a l’habitude des sorties médiatiques de ce style, explique Jérôme Lecompte, qui dirige Les Fils de Besagne, principale association de supporters du RCT du haut de ses 750 membres. Laporte a raison de dire ce qu’il pense et de ne pas se défiler, à Toulon on ne va pas le contredire là dessus», ajoute t-il.

«C’est un peu historique à Toulon»

Dans un sport où le respect de l’arbitre est brandi en principe de base, les hommes forts de Toulon dérogent à la règle. «C’est un peu historique. À Toulon c’est un peu nous contre le reste du monde. On s'est construit comme ça, affirme Eric Dasalmartini, ancien joueur emblématique de l’équipe championne de France en 1992. Je ne peux pas lui donner tort à Bernard de dire ce qu’il pense sur l’arbitrage, même si je ne dis pas qu’il a raison sur tout. C’est une personnalité, il assume ces idées. »

Pour le moment, et c’est surprenant, la Ligue nationale de rugby n’a pas pris de sanction contre Laporte, mais a tout de même annoncé mercredi envisager de saisir la commission de discipline pour les propos de celui-ci. L'entraîneur varois, lui, ne semble pas inquiet devant une éventuelle suspension. «Je regarge déjà les matchs en tribune. S'ils me suspendent je vais aller où, sur le toit ?», ironisait-il cette semaine.