Coupe de la Ligue: Paris a pris son temps

FOOTBALL Rabiot a permis au PSG de se qualifier pour les demi-finales en toute fin de match...

Marc Nouaux, à Bordeaux

— 

Zlatan Ibrahimovic, le 13 septembre 2013 à Bordeaux.
Zlatan Ibrahimovic, le 13 septembre 2013 à Bordeaux. — F.Dupuy/SIPA

Jamais deux sans trois pour Bordeaux, face au PSG. Mardi soir, l’équipe girondine s’est inclinée  (1-3) pour la troisième fois de la saison contre le champion de France en titre qui se qualifie ainsi pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue. Les Parisiens, pas auteurs d’un grand match, ont assomé les Girondins en fin de rencontre grâce à Rabiot et Matuidi alors qu’ils étaient tenus en échec par l’égalisation de Poko (49e), qui a répondu à l’ouverture du score de Pastore en fin de première période.

>> Le match à revivre en live comme-à- la-maison

 

En choisissant de faire tourner trois jours après le match à Ajaccio, Laurent Blanc, le coach du PSG, a voulu relancer quelques uns de ses remplaçants dont il a souvent pointé du doigt le mauvais rendement depuis quelques semaines. Avec seulement quatre titulaires (Sirigu, Thiago Silva, Rabiot et Zlatan) reconduits, l’ancien coach bordelais espérait un signe positif de la part de Menez, Lucas ou encore Pastore. Et même si, encore une fois, il n’a pas dû être vraiment satisfait par ses doublures,il a pu apprécier la prestation de Javier Pastore qui est venu lui rappeller qu’il pouvait encore être un grand joueur. Auteur d’un but, d’une passe décisive et d’un décalage parfait sur la troisième réalisation parisienne, l’Argentin a pris les choses en main pendant que son équipe souffrait.

Laborieux, le PSG a en effet traversé une première période sans relief ni occasion de but et a souffert pendant le deuxième acte. Bordeaux s’est montré beaucoup plus incisif au retour des vestiaires mais n’a pas su trouver les ressources pour accélérer et venir troubler la solidité défensive du PSG. Equipe B ou équipe type, le champion de France en titre reste le plus grand épouvantail de l’Hexagone dans toutes les compétitions nationales.