Ligue 1: José Anigo «n'a pas eu d'autre choix» que d'accepter d'entraîner l'OM

FOOTBALL Le président Vincent Labrune et le nouvel entraîneur de l'OM ont donné leur première conférence de presse depuis le départ d'Elie Baup…

A Marseille, Camille Belsoeur

— 

Le nouvel entraîneur de l'OM José Anigo (à droite), lors d'une conférence de presse à Marseille, le 9 décembre 2013.
Le nouvel entraîneur de l'OM José Anigo (à droite), lors d'une conférence de presse à Marseille, le 9 décembre 2013. — P.Magnien/20Minutes

Lundi après-midi s’est tenue dans l’auditorium de la Commanderie, la première conférence de presse du duo Vincent Labrune-José Anigo depuis le retour de ce dernier à la tête de l’équipe première après le licenciement d’Elie Baup samedi. Montée dans le but d’apporter des réponses aux nombreuses questions qui flottent autour de l’OM, cette opération de communication des deux têtes fortes du club n’aura finalement qu’épaissi le brouillard de l’avenir de cette équipe.

José Anigo poursuivra t-il après la trêve? Le président Labrune a-t-il déjà réfléchi à des entraîneurs pour reprendre en main l’équipe après les vacances de Noël ? Y-aura-t-il des renfortes au mercato hivernal? Autant de questions qui restent sans réponse claire.

«Baup a été très digne»

«Je n’ai pas eu le temps de réfléchir à un nouvel entraîneur. Il n’y a pas le début d’une short-list, rien. On ouvrira la réflexion dans les prochaines semaines. Il ne faut surtout pas se tromper dans notre choix. L’objectif d’un club comme l’OM n’a pas bougé d’un iota. On est à 9 points du podium. On a une statistique qui montre que 100% des équipes qui ont eu plus de 35 points à la trêve ont terminé sur le podium et c’est le cas de Paris, Monaco et Lille», a avancé Vincent Labrune. Le président de l’OM a également ajouté qu’il n’y aurait pas d’arrivée au mercato. «Le club a investi 40 millions cet été, nous avons un stade en construction, nous n’avons pas les moyens d’investir à nouveau cet hiver.»

Si les dirigeants marseillais n’ont apparement pas une vision très claire, même à court terme, on en sait en revanche davantage sur les dernières heures de Baup, et les mécanismes qui ont poussé Vincent Labrune a faire appel à son directeur sportif José Anigo pour reprendre en main un vestiaire proche de l’implosion. «J’ai quitté ma place dans les tribunes dès la 35e minute de la rencontre face à Nantes (0-1)», explique le président.

C’est une chose que qui ne m’arrive jamais d’habitude mais j’ai rejoint mon salon dans les loges pour analyser le match et la situation. Je n’ai donc même pas entenu les chants «Baup démission» tomber des tribunes. Mais j’ai pris ma décision vendredi en pensant que si on ne créait pas de choc psychologique, on perdrait le match face à Lyon le weekend prochain, ce qui est inacceptable car nous avons déjà trop de retard sur le podium.»

Anigo: «Mon unique objectif c’est de gagner les matchs jusqu’à la trêve»

Vincent Labrune a également confirmé avoir annoncé la nouvelle à Baup devant les joueurs à l’issue de la séance de décrassage samedi matin. «Il a accepté la nouvelle avec beaucoup de dignité», a précisé Vincent Labrune à l’égard de son ancien entraîneur.

José Anigo a lui confié «qu’il n’avait pas eu le choix. Comme je suis un salarié du club, j’ai accepté sans discuter la décision du président de me nommer sur le banc. Mais mon unique objectif c’est de gagner les matchs jusqu’à la trêve. Après on verra si le président veut ou non encore de moi.»