Les propos d’Evra relèvent de «l’injure publique», selon l’avocat Richard Malka

Nicolas Vaux-Montagny

— 

Patrice Evra à Clairefontaine en octobre 2013.
Patrice Evra à Clairefontaine en octobre 2013. — FRANCK FIFE / AFP

Que risque Patrice Evra? Une sanction judiciaire n’est pas à écarter. «Les propos de Patrice Evra relèvent de l’injure publique envers un particulier», estime l’avocat Richard Malka, spécialiste du droit de la presse. Le latéral gauche de l’équipe de France de football a traîté Rolland Courbis, Luis Fernandez, Pierre Ménès et Bixente Lizarazu de «clochards» et de «parasites» lors d’une interview diffusée dimanche matin dans Téléfoot.

«Les propos sont outrageants et ils semblent vindicatifs», poursuit Me Malka, interrogé par 20Minutes. L’avocat estime cette sortie médiatique «gratuite».TF1 a été obligé de couper des phrases de l’interview qui étaient diffamatoires selon Christian Jean-Pierre, journaliste à TF1. Evra parlait notamment «l’obésité de Pierre Ménès». «Les juges n’aiment pas trop quand on s’attaque au physique», note Me Malka. Ces propos n’ont néanmoins pas été diffusés.

Evra «a-t-il dépassé le droit à la polémique?»

Luis Fernandez avait affirmé dimanche «charger des personnes pour étudier ses déclarations et voir si ces propos ne vont pas au-delà de l’acceptable». En cas de poursuites, la justice devra répondre à l’interrogation de Me Malka: Evra «a-t-il dépassé le droit à la polémique?»

En attendant peut-être d’être convoqué par la Justice, Patrice Evra devra répondre de ses propos à la Fédération française de football (FFF) devant Didier Deschamps et Noël Le Graët.