Mondial 2014: Face à la Finlande, l’équipe de France prépare les barrages avec une victoire (3-0)

Bertrand Volpilhac

— 

Les joueurs de l'équipe de France, lors de la victoire contre la Finlande, le 15 octobre 2013 au stade de France.
Les joueurs de l'équipe de France, lors de la victoire contre la Finlande, le 15 octobre 2013 au stade de France. — Sipa

De sa dernière soirée d’éliminatoires pour la Coupe du monde 2014, l’équipe de France retiendra une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que malgré sa victoire tranquille face à la Finlande (3-0), le voyage au Brésil passera par deux matchs de barrages (les 15 et 19 novembre prochains) où elle ne sera pas tête de série et risque d’affronter de grosses nations comme le Portugal ou la Croatie. La bonne, c’est qu’elle peut s’y présenter en bombant le torse.

Ribéry au top

D’abord parce qu’elle possède Franck Ribéry. Dans la forme de sa vie, l’ailier du Bayern a survolé la rencontre face à la Finlande, ouvrant lui-même le score en début de match d’une mine sous la barre (8e). Mais aussi parce qu’elle semble avoir enfin trouvé avec l’association Ribéry-Valbuena-Nasri en soutien d’Olivier Giroud une organisation capable de créer un danger constant et de la présence devant le but. Et même si ce fut parfois brouillon, voire franchement imprécis, c’est rassurant quand on se souvient qu’il y a à peine un mois cette équipe dépassait en Biélorussie les 500 minutes de suite sans marquer.

>> Revivez le match en live comme-à-la-maison

Depuis, elle a inscrit treize buts en deux matchs et demi, après une tête de Giroud déviée par Toivio (75e) puis une reprise au premier poteau de Benzema (85e), et fait preuve d’un réel enthousiasme offensif. Parfois trop, même. Souvent prise en défaut derrière son dos, la défense française a montré des lacunes qui pourraient être rédhibitoires le mois prochain, quand les attaquants ne seront pas aussi maladroits que ceux de la Finlande. On n’y est pas encore, mais désormais, ces barrages sont dans toutes les têtes…