Bruno Metsu : «J’avais reçu un courrier avec des balles de revolver à l’intérieur»

FOOTBALL L’entraîneur, décédé lundi 14 octobre, avait entraîné Valenciennes jsute après l’affaire VA/OM. Une expérience traumatisante qu’il nous avait raconté il y a un mois…

Propos recueillis par François Launay

— 

Bruno Metsu donne ses consignes avec la sélection qatarie face au Japon lors de la Coupe d'Asie le 21 janvier 2011, à Doha (Qatar).
Bruno Metsu donne ses consignes avec la sélection qatarie face au Japon lors de la Coupe d'Asie le 21 janvier 2011, à Doha (Qatar). — OSAMA FAISAL/AP/SIPA

Reconnu en Afrique et en particulier au Sénégal qu’il avait hissé en quarts de finale du Mondial 2002 après une victoire contre la France en match d‘ouverture, Bruno Metsu n’a pas connu la même réussite dans le Nord. Limogé du Losc en 1993, il subira le même sort un an plus tard à Valenciennes. Interrogé il y a un mois sur ses souvenirs valenciennois, il nous avait raconté cette drôle d’expérience:

Une saison en enfer

«J’ai eu la malchance d’arriver à Valenciennes juste après l’affaire VA/OM. Avec les joueurs, on a vécu l’enfer. Partout où on allait, on se faisait insulter. Avant notre premier match à Nice, j’avais reçu un courrier avec des balles de revolver. On s’était déplacé avec deux bus: l’un vide avec les rideaux tirés qui ouvrait le chemin et prenait des pierres et l’autre où on était. Même à Sedan, où j’avais pourtant joué, on se faisait cracher dessus. Je tire un coup de chapeau aux joueurs et à Jacques Glassmann qui, paradoxalement, a été le meilleur joueur de VA cette saison-là. C’est sans doute ma pire année d’entraîneur. J’ai failli arrêter le foot après ça car j’étais écœuré.»