Vidéorama: Quand Richard Gasquet rencontre Rafael Nadal

TENNIS Le Biterrois n'a jamais battu l’Espagnol sur le grand circuit...

J.L.

— 

Rafael Nadad et Richard Gasquet, le 11 novembre 200è à Shanghai.
Rafael Nadad et Richard Gasquet, le 11 novembre 200è à Shanghai. — Color China/SIPA

Ca doit parce qu’ils sont nés avec deux semaines d’intervalle. Ou alors qu’on leur promettait de dominer le tennis pendant dix ans. Rafael Nadal et Richard Gasquet, grands amis par ailleurs, ont été opposés depuis tout jeunes, un peu à tort. Le premier est devenu l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du jeu, le second un top 10 régulier. Qui n’est jamais parvenu à prendre le dessus sur l’Espagnol en dehors d’un match aux Petits As. Récapitulons.

La fois où Richard a battu Rafa

1999, quart de finale des Petits As, la compétition de jeunes qui consacrent les surdoués précoces. Richard Gasquet, annoncé énorme depuis tout jeune, rencontre Nadal et sa coupe au bol en quarts de finale. A l’époque, son coup droit lasso est déjà là, mais le Majorquin sait à peine servir et monte au filet dès qu’il le peut. Ritchie, lui, est intouchable en revers, évidemment, mais surtout étonnamment offensif avec son coup droit. Les mauvaises langues diront que le geste du Biterrois est plus naturel qu’aujourd’hui. Et qu’il sait retourner un match embarqué. Nadal a beau gagner le premier set au tie-break, il s’incline 6-4 au 3e set.

Les fois où on y a cru

Quand il repense à cette demi-finale de Monte-Carlo 2005, Francis Gasquet, le papa, avoue dans L’Equipe que le fiston «n’a jamais été aussi près de battre Nadal que ce jour-là». Révélé la veille par sa victoire sur le grand Federer, Gasquet, pas encore dans le top 100, met la misère à Rafa, futur vainqueur de Roland, pendant un set et un break. Avant de s’écrouler physiquement, rincé par son parcours en qualifs. Enfin c’est ce qu’on croit. Car même dans ses meilleurs jours, Ritchie ne fera jamais mieux que de prendre le premier set à Rafa, comme aux Masters 2007 ou à Toronto en 2008.

Les fois où on aurait mieux fait de ne pas regarder

L’origine du mal, si l’on ose dire, remonte à Roland 2005. Quand on ne sait pas encore que Rafa est Rafa, le meilleur joueur de terre battue de l’histoire. Un mois après avoir presque capitulé sur le Rocher, l’Espagnol met une dérouillée au Français, qui ressemble à un petit garçon sur le court. Mais l’humiliation, la vraie, intervient en 2011 en Coupe Davis. Nadal vient de gagner l’US Open, on le pense fatigué, erreur. Le n°1 mondial du moment humilie un Gasquet sous infiltration pour un coude douloureux. 6-3, 6-0, 6-1. Le score est à peu près le même à… l’US Open en 2009, mais le Biterrois revient alors de sa suspension pour un contrôle positif à la cocaïne. Ce n’est donc pas son plus mauvais souvenir…