Le Racing devra tenir le cap dans l'ouest

©2006 20 minutes

— 

« Pour une fois, je me contenterais d'un point. Même si j'espère en prendre trois... » Peu habitué à une telle prudence, Jean-Pierre Papin se méfie du déplacement à Brest, ce soir (20 h 30 sur Eurosport) en match décalé de la 17e journée de L2. En lutte pour le maintien, les Bretons (16es) ont pourtant le deuxième plus mauvais bilan à domicile (2 victoires, 3 nuls, 2 défaites). « Oui, mais c'est une équipe typique de L2, comme Gueugnon et Libourne, rappelle l'entraîneur strasbourgeois, échaudé par le dernier revers des siens à l'extérieur (2-0 à Reims). De toute façon, ce n'est pas [aujourd'hui] que l'on fera les comptes. Il restera 21 journées après Brest. Quoi qu'il arrive, on sera dans les trois premiers à l'issue de ce match. Mais si on gagne, on aura 8 points d'avance sur la 5e place. » Et surtout trois de plus que Dijon, revenu à hauteur des Alsaciens après son succès sur Le Havre (2-1) vendredi.

En raison de la blessure de Yacine Abdessadki et des suspensions de Jeff Strasser et Pascal Johansen, « JPP » a décidé de troquer son 4-4-2 pour un 5-2-3 se transformant en 3-4-3 en phase offensive. Jean-Christophe Devaux et Eugène Ekobo en profitent pour retrouver une place de titulaire en défense centrale, tout comme Dimitar Rangelov en attaque. « Il y a des absents. Mais je suis sûr que les gars qui joueront iront chercher au plus profond d'eux-mêmes pour réussir un résultat », conclut Papin.

Jérôme Sillon

L'équipe : Cassard – Deroff, Devaux, Bellaïd, Ekobo, Abou – Lacour, Cohade – Rangelov, Tum, Mouloungui.

Le Racing fera son entrée en lice en Coupe de France, samedi sur le terrain synthétique de Vesoul (CFA), lors du 7e tour. La rencontre débutera à 20 h.