Football : La L2 pend au bec des Canaris

©2006 20 minutes

— 

« Quand on voit le match, je me dis que tout le monde n'est pas conscient de la situation. » Le revers des Canaris (18es) 0-2 à Lens (3e), samedi soir à l'occasion de la 14e journée de L1, a profondément agacé le défenseur central et capitaine Mauro Cetto. Ce faux pas met fin à la fragile série de trois matchs sans défaite des Canaris. Mais au-delà du résultat comptable, c'est la manière qui laisse perplexe.

La prestation des Nantais dans le Nord a frisé le néant. « On fait ce qu'on peut avec nos moyens », analyse sans concession l'entraîneur Georges Eo. Et cette saison, ils sont franchement limités. Le déroulement du match l'atteste. Menés au score dès la 44e seconde, avec un nouveau but sur coup de pied arrêté du Lensois Adama Coulibaly, les Jaune et Vert n'ont jamais été en mesure de revenir à la hauteur des Sang et Or. Le bilan des tirs cadrés est simple : aucun durant quatre-vingt-dix minutes.

« On a vraiment trouvé une équipe », se réjouissait Eo au sortir du match nul, encourageant, contre Saint-Etienne (2-2) la semaine dernière. A la lumière du revers lensois, son diagnostic n'était-il pas prématuré ? « Non, répond-il sans vergogne. Il y a de la qualité. C'était forcément moins bon que contre les Verts. Mais Lens ne nous a pas marqués de but... dans le jeu. »

Sur les bords de l'Erdre, on est visiblement adepte de la méthode Coué. « Notre classement influence vos commentaires, s'insurge le coach à l'encontre des journalistes. On a des manques, mais ce n'est pas aussi catastrophique que ce que vous écrivez la plupart du temps ! » En attendant, le FC Nantes reste englué à la 18e place du classement. « Les résultats des autres équipes [Sedan, Nice et Troyes ont aussi perdu] mal classées ne sont pas mauvais pour nous, conclut Eo sous forme de pirouette. Mais ils doivent également se dire la même chose. »

David Phelippeau