Nantes-PSG / Blaise Matuidi: «On avait à cœur de lancer notre saison»

Propos recueillis par David Phelippeau à Nantes

— 

Nantes, le 25 août 2013 - Blaise MATUIDI (PSG)  lors du match contre le FC Nantes
Nantes, le 25 août 2013 - Blaise MATUIDI (PSG)  lors du match contre le FC Nantes — F. ELSNER / 20 MINUTES

Le PSG a enfin ouvrir son compteur victoire. Il aura donc fallu attendre la troisième journée de Ligue 1 et un déplacement à Nantes. Dans la douleur, les hommes de Laurent Blanc l'ont emporté (1-2) contre une vaillante formation nantaise. Les Parisiens ne se sont certes pas rassurés dans le jeu mais semblaient soulagés d'avoir enfin gagner...

Votre sentiment après ce premier succès en championnat de la saison?

Il y a une victoire dans la difficulté mais comme on dit il n’y a pas de match facile. On avait à cœur de lancer notre saison ce soir par une victoire, c’est ce qu’on a fait même si ce fut dans la difficulté, surtout en fin de match. Je pense qu’il y a eu des bonnes choses. Nantes n’a jamais lâché. Après avoir marqué, on a reculé. Il y a des réglages à faire. Il fallait prendre des points, on les a pris, c’est l’essentiel. La semaine dernière, on avait eu énormément d’occasions mais on n’avait eu qu’un point. Là, on a les trois...

On vous sent soulagé?

Oui car quand on ne gagne pas, il y a un peu de crispation. On avait à cœur de gagner, on l’a fait. On sait qu’il n’y aura pas de matchs faciles cette année, on va être attendu partout.

La saison du PSG est enfin lancée?

On espère. On verra la semaine prochaine. On va faire le maximum pour enchainer contre Guingamp, samedi prochain.

On ne vous imaginait pas titulaire (on lui a posé des points de suture au front après un choc samedi dernier)…

Je me suis entraîné avec le groupe qu’hier. Il y a eu un très gros travail de la part du médecin. Je le remercie car il y a quelques jours. Je ne pensais pas jouer le match. Le casque (qu’il a porté pendant le match) était gênant par moment. Il fallait que je joue avec car c’était important pour la sécurité. Tant que la cicatrisation n’est pas définitive, il faudra que le porte.

Laurent Blanc a innové tactiquement avec un 4-3-3. Comment vous êtes vous senti?

On s’est senti bien avec ce système. On a trouvé de la profondeur avec nos attaquants. Cela nous a permis d’étirer les lignes. Le changement tactique côté nantais (abandon de la défense à cinq après le but parisien) nous a aussi mis en difficulté... Ce système en 4-3-3 est un jeu risqué parce qu’on joue avec trois attaquants de pointe. Après, avec la qualité de nos joueurs, on peut marquer à tout moment. C’est ce qu’il s’est passé ce soir.