Dopage: Stuart O'Grady avoue avoir pris de l'EPO

CYCLISME En 1998 quand le coureur australien courrait chez Gan...

avec AFP

— 

Stuart O'Grady en Australie en janvier 2013.
Stuart O'Grady en Australie en janvier 2013. — MARK GUNTER / AFP

Le coureur cycliste australien Stuart O'Grady, qui a annoncé lundi sa retraite à l'âge de 39 ans, a confessé avoir pris de l'EPO avant le Tour de France 1998. Dans un entretien au journal The Advertiser, O'Grady a précisé n'avoir plus eu recours à l'EPO durant sa carrière par la suite. Cet aveu intervient le jour même où son nom est cité dans les listes des coureurs aux analyses suspectes lors du Tour 98, dévoilées par le rapport de la commission d'enquête du Sénat.

Il avait gagné une étape et porté le maillot jaune pendant trois jours sur le Tour de France 1998. O'Grady a ajouté avoir fait le choix de se doper de façon personnelle et a dédouané l'équipe française, GAN, dont il portait à l'époque les couleurs: «Aucune autre personne n'était impliquée.»

Prudent sur les quantités

«J'ai eu juste à franchir la frontière et à l'acheter dans une pharmacie», a affirmé O'Grady en ajoutant avoir acheté l'EPO deux semaines avant le départ du Tour. «J'ai été extrêmement prudent sur les quantités car j'avais entendu beaucoup d'histoires horribles. (...) Quand l'affaire Festina a éclaté, je me suis débarrassé de tout ça et je n'y ai jamais plus touché».

L'ex-vainqueur de Paris-Roubaix (2007) a déclaré que le plus difficile avait été de le dire à ses parents lundi. «Le pire moment de ma vie», a-t-il dit. «Je leur ai demandé d'écouter pour que je puisse leur dresser un tableau complet. J'ai toujours cherché durant ma carrière à ce que mon père et ma mère soient fiers de moi».