Football : les Sang et Or ont encore frappé au Parc

— 

 Pour la 5e saison consécutive, le Racing Club de Lens est reparti du Parc des Princes avec une victoire en poche. Dans un froid glacial, Paris a vu hier soir sa série de deux succès et un nul stoppée net, encaissant trois buts à domicile pour la troisième fois de la saison. Le club parisien rétrograde ainsi au 12e rang de la Ligue 1, avec seulement 5 points d’avance sur Nantes, le premier relégable . Il n’avait pourtant pas fallu attendre trente secondes pour assister à la première offensive du match. Sur un centre de Cissé, Pancrate voyait sa reprise de tête détournée par Itandje (1re). Dans la foulée, Landreau devait s’interposer sur une frappe de Dindane (2e). Il s’agissait toutefois de l’unique tir cadré nordiste au coeur de la domination parisienne. Après un contre mal exploité par Diané et Kalou (24e), Rothen, qui avait auparavant touché du bois (19e), déposait un énième corner sur la tête d’Armand. Le capitaine d’un soir prolongeait le ballon de la tête et le mettait hors de portée d’Itandje (1-0, 27e). Le PSG se faisait cueillir à froid au retour des vestiaires. A peine entré en jeu, Cousin, lancé plein champ par Dindane, allait tromper Landreau (1-1, 51e). La physionomie du match s’en trouvait changée. L’avant-centre d’origine gabonaise doublait ainsi la mise en mystifiant le gardien international d’une frappe enroulée à l’entrée de la surface (1-2, 68e). Paris se jetait à l’assaut du but adverse à l’image d’Armand, dont la tentative était sortie par Itandje (80e). Sur le corner, Thomert mettait fin au suspense sur un contre d’école en trois passes (1-3, 82e). « On était en place en première mitemps, notait pourtant Fabrice Pancrate. Ensuite, je n’ai pas compris ce qui s'est passé. On est rentré en seconde période avec de bonnes intentions,mais on n’a pas le droit de seprendre un contre de 80 mètres ! »

S. Bordas