Roland-Garros 2013: Gaël Monfils est «tout le temps outsider en ce moment»

Propos recueillis par Romain Baheux

— 

Gaël Monfils, lors du tournoi de Doha le 2 janvier 2013.
Gaël Monfils, lors du tournoi de Doha le 2 janvier 2013. — KARIM SAHIB / AFP
Il est de retour. Forfait l’an dernier, Gaël Monfils a retrouvé les courts de Roland-Garros pour un entraînement avec Edouard Roger-Vasselin dimanche. Invité par les organisateurs du tournoi parisien, le demi-finaliste de 2008 a hérité de la tête de série N°5, le Tchèque Tomas Berdych qu’il affronte lundi sur le Central. Après sa défaite en finale à Nice contre Albert Montanes samedi, le Français, toujours en phase de retour, redoute de s’effondrer physiquement.
 
Comment vous sentez-vous après votre finale à Nice samedi?
Je suis forcément un peu fatigué, je vais récupérer ce soir, ça va me faire du bien.
 
Qu’est-ce que cela vous fait de revenir à Roland-Garros?
C’est motivant, ça me donne de l’énergie. La fatigue sera encore là quand je serai sur le terrain mais ça me fait du bien de revenir ici. Ca faisait longtemps, je me sens un peu comme un enfant.
 
Où situez-vous votre niveau de jeu?
Je ne me suis pas trop posé la question, l’essentiel est de me sentir bien physiquement. J’ai le temps de voir ça demain (lundi).
 
Redoutez-vous d’être un peu juste physiquement avant d’affronter Toms Berdych au premier tour?
Avant de jouer un match dans un tournoi du Grand Chelem tout court. Ca m’inquiète mais je sais qu’il faudra me transcender et d’oublier la fatigue. Si l’éventualité de jouer cinq sets m’inquiète? Hier (dimanche), c’était déjà difficile de disputer deux sets. J’ai du mal à tenir une bonne intensité pour gagner un match.
 
Que vous inspire ce joueur?
Vous le connaissez par cœur. Je l’ai joué il y a longtemps dans d’autres conditions, ça ne sera pas pareil. Il joue très bien, je m’attends à un match très compliqué.
 
Est-ce un avantage d’arriver dans la position de l’outsider?
C’est à vous de me le dire, c’est un match de tennis. En ce moment, je suis tout le temps outsider de toute façon