Les carences girondines exposées au grand jour

©2006 20 minutes

— 

Bordeaux a-t-il le niveau de la Ligue des champions ? Après des faibles prestations affichées contre le PSV Eindhoven (0-1) et Liverpool (0-1), cela ne saute pas aux yeux. Ricardo, lui, a sa propre opinion sur le sujet. « Nous n'avons pas le niveau pour taquiner les meilleurs », reconnaît-il en s'appuyant sur la lecture des classements des huit groupes. « Les gros budgets ont 6 ou 7 points ; les autres 0 ou 1 point. »

Avec aucun but inscrit, Bordeaux est bien calé dans la seconde charrette. Sans faire injure à Marouane Chamakh, Jean-Claude Darcheville ou Lilian Laslandes, un attaquant expérimenté – espéré jusqu'au dernier jour du mercato cet été – fait cruellement défaut. Malgré ces lacunes, Ricardo cherche à positiver. « Une victoire contre Liverpool peut nous donner des forces. Nous ne sommes qu'à la moitié du chemin et nous allons montrer qu'on mérite notre place. » La foi du Brésilien est contagieuse. « On est les seuls à encore croire en nous », lâche le milieu offensif Julien Faubert, de retour après avoir purgé ses trois matchs de suspension. « On n'est pas dans la galère totale, il ne faut pas exagérer », renchérit le meneur de jeu Johan Micoud. Manifestement, les supporteurs devront encore patienter pour voir une équipe audacieuse.

S. D.