Philippe Mexès: «On va dire que je ne sers plus à rien»

R. B.

— 

Philippe Mexès et Kevin-Prince Boateng lors d'un match du Milan AC le 21 novembre 2012.
Philippe Mexès et Kevin-Prince Boateng lors d'un match du Milan AC le 21 novembre 2012. — REUTERS/Laurent Dubrule

Absent de la sélection tricolore depuis l’arrivée de Didier Deschamps à la tête des Bleus, Philippe Mexès règle ses comptes. Dans une interview à L’Equipe, le défenseur du Milan AC, qui affronte Barcelone en huitième de finale retour de la Ligue des champions ce mardi soir, raconte sa relation avec le sélectionneur de l’équipe de France, qui l’avait critiqué pour sa méforme. «Une personne qui ne te parle pas, qui ne t’appelle pas, qui te zappe du jour au lendemain, je n’ai aucun compte à lui rendre», explique le Milanais.

 «La mentalité française est bizarre» 

Egalement critiqué pour ses kilos superflus, Philippe Mexès regrette d’avoir cette image «qu’il ne contrôle pas». «On va dire que je suis un gros porc, que je suis gras, que je ne fais que manger, que je n’avance plus. Il suffit, en plus, que je fasse un mauvais match et on va dire que je ne sers plus à rien, regrette l’ancien Auxerrois. Puis tu ressors un gros match contre le Brésil, ou autre, et là on va dire que tu es le meilleur défenseur du monde, que tu dois devenir capitaine. […] C’est la mentalité française. Elle est un peu bizarre…» Et la cause, selon lui, de son désamour en France.