David Marraud : «J'ai les glandes pour Serge et le club»

©2006 20 minutes

— 

David Marraud, ex-coach adjoint du FC Nantes.

Vous êtes actuellement entraîneur adjoint à Ajaccio (L2). Avez-vous réussi facilement à tourner la page du FC Nantes [il faisait partie du staff de Loïc Amisse, remercié en janvier 2005] ?

Vous savez, on n'oublie pas vingt ans de sa vie comme ça. Mais, de toute façon, j'y reviendrai, au FC Nantes. Je passe mon diplôme d'entraîneur pour ça.

Vous avez toujours des contacts avec le club ?

Oui, avec beaucoup de salariés. Ils ont forcément peur pour l'avenir de leur club et donc, pour leur place. Ils sont inquiets de voir tous ces gens qui ont été virés, comme moi, ces dernières années. Ils voient que l'identité nantaise s'est envolée.

Vous en voulez à ceux qui ont participé au limogeage de l'entraîneur Loïc Amisse ?

Non. Mais quand on voit la qualité d'un mec comme Amisse, c'est navrant. C'était sans doute dix fois mieux que ce qu'il y a en place aujourd'hui. Il me semble qu'ils ont de moins bons résultats que nous, non ? A l'époque, je préférais être l'ami d'Amisse et partir avec lui plutôt que de rester dans un club où personne ne travaille main dans la main.

Quel regard portez-vous sur le FCNA d'aujourd'hui ?

On ne laisse pas assez de place au sportif. C'est ce qui faisait la force avant. Quant au président Rudi Roussillon, d'abord ce n'est pas un footballeur. C'était juste un petit gardien de D2. Qu'il arrête de faire semblant de connaître le foot ! Tout comme Jean-Luc Gripond.

Que pensez-vous des déclarations de Georges Eo [« Je suis 100 % derrière Serge Le Dizet, mais je suis un candidat sérieux à sa succession »] ?

J'ai les glandes pour Serge et le club. Il est aigri car il n'a jamais pu être entraîneur. Moi, mon adjoint me dit ça, je lui mets une tête ! Et il ne finit pas la saison.

Recueilli par David Phelippeau