La fausse copine morte de Manti Te'o était incarnée par un homme

ETATS-UNIS Il aurait dupé tout le monde, Te'o le premier, pendant trois ans...

Philippe Berry
— 
Le joueur de football américain de Notre Dame, Manti Te'O.
Le joueur de football américain de Notre Dame, Manti Te'O. — J.MERSITS/NEWSCOM/SIPA

De notre correpondant à Los Angeles

Le hoax qui passionne l'Amérique a pris une tournure un peu plus étrange, jeudi. Le New York Daily News rapporte que le principal suspect, Ronaiah Tuiasosopo, a reconnu par l'intermédiaire de son avocat avoir trompé la star du football universitaire Manti Te'o, en se faisant passer pour une fille en prenant une «voix de tête» et en entretenant une relation téléphonique pendant plusieurs années avec le joueur. Selon les dernières révélations, il semble bien Te'o ne soit qu'une victime dans toute l'affaire.

Pour ceux qui ont raté le début de l'histoire, voici un bref rappel. A l'automne dernier, le pays tout entier se prend de passion pour le joueur de football star de Notre Dame, foudroyé par la perte de sa grand-mère et de sa petite amie, Lennay Kekua, décédée des suites d'une leucémie, le même jour. Malgré les larmes, Te'o continue de jouer et emmène son équipe jusqu'en finale du championnat universitaire. Mais la semaine dernière, le site DeadSpin révèle que toute l'affaire est un hoax. Non seulement Kekua n'est pas morte, mais aucune jeune fille de ce nom n'existe.

«Ma douleur était réelle»

Dans une interview avec la journaliste Katie Couric diffusée jeudi, Manti Te'o jure qu'il n'était au courant de rien jusqu'à début décembre. «Mes émotions étaient réelles. Ma douleur était réelle», dit le joueur. Son seul mensonge: avoir affirmé à son père qu'il avait rencontré Kekua en personne car il avait «honte» d'avoir des sentiments pour une fille qu'il avait rencontrée en ligne.

Les preuves de son amour? Un reçu d'une commande de 30 roses pour l'enterrement –auquel il ne s'est pas rendu car la jeune fille lui avait fait promettre de continuer de jouer au football pour honorer sa mémoire. Plus convaincant, la journaliste a diffusé des messages répondeur laissés par Kekua (par Tuiasosopo imitant une voix de femme, ndr) et vérifié des relevés téléphoniques attestant de nombreux appels. Précédemment, Te'o avait expliqué qu'il restait parfois toute la nuit au téléphone avec la jeune fille quand elle se trouvait à l'hôpital pour soigner sa leucémie.



«Est-ce qu'on dirait un homme? Si c'est une homme, c'est un talent incroyable», lâche Te'o, qui a encore du mal à y croire. Si la voix est aussi convaincante, c'est que l'imposteur a fait du  théâtre, du voice-over et du chant depuis plusieurs années, selon le Daily News.

«Elle avait toujours une bonne excuse»

Te'o explique à Couric qu'il était d'abord ami avec Kekua sur Facebook, en 2009. Plusieurs personnes lui jurent alors que le profil  –créé avec des photos volées à une camarade de classe– est réel. Ce n'est qu'en 2011-2012 qu'ils deviennent un couple, se parlant régulièrement au téléphone. «Elle était d'origine Samoa, comme moi, sa foi était importante, comme la mienne. On avait la même culture», explique le joueur.

Il confie qu'ils ont essayé plusieurs fois d'utiliser Facetime mais qu'il voyait un écran noir. «Je ne comprends pas, je te vois», disait la jeune-fille. «J'ai juste cru qu'il y avait un problème de caméra», lâche Te'o. Il essaie de lui rendre visite à plusieurs reprises, à Hawaii et en Californie, mais «elle avait toujours une bonne excuse». Pourquoi ne pas être allé la voir à l'hôpital? «J'ai failli mais la durée de mon escale n'était pas assez longue», justifie le joueur, qui dément avoir créé toute l'histoire pour couvrir son homosexualité. «Non, non, je ne suis pas gay, loin de là», jure-t-il.

Des motifs pas vraiment clairs

Ronaiah Tuiasosopo, qui a tout avoué aux forces de l'ordre, est décrit comme une «connaissance familiale» de Te'o. Avant de passer aux aveux, il a appelé le joueur pour lui présenter ses excuses, sans vraiment expliquer son geste.

Selon l'avocat de Tuiasosopo, son client «n'a pas voulu blesser ou humilier» Te'o. «C'est quelqu'un de troublé qui voulait toucher une personne et avoir une relation.» Désormais, le feuilleton devrait se poursuivre au tribunal. La draft (sélection des joueurs) du football américain, elle, promet cet été.