Racing Métro: Jacky Lorenzetti nie tout «Fidjigate»

RUGBY Le président duclub parisien assure qu'il n'a jamais incité ses Fidjiens à lever le pied...

© 2012 AFP

— 

Le président du Racing-Métro, Jacky Lorenzetti, a assuré mardi n'avoir "jamais empêché aucun joueur (...) de participer à la Coupe du monde", démentant des accusations selon lesquelles il aurait payé certains de ses joueurs fidjiens pour qu'ils restent au club durant le Mondial-2011.
Le président du Racing-Métro, Jacky Lorenzetti, a assuré mardi n'avoir "jamais empêché aucun joueur (...) de participer à la Coupe du monde", démentant des accusations selon lesquelles il aurait payé certains de ses joueurs fidjiens pour qu'ils restent au club durant le Mondial-2011. — Bertrand Langlois afp.com

Le président du Racing-Métro, Jacky Lorenzetti, a assuré mardi n'avoir «jamais empêché aucun joueur (...) de participer à la Coupe du monde», démentant des accusations selon lesquelles il aurait payé certains de ses joueurs fidjiens pour qu'ils restent au club durant le Mondial-2011.

Dans une «lettre ouverte aux supporters concernant le Fidjigate» publié sur le site internet du club, Jacky Lorenzetti écrit: «Le Racing-Métro n'a jamais empêché aucun joueur, ni fidjien, ni d'une autre nationalité, de participer à la Coupe du monde ou à une tournée internationale».

Vulivuli, une fierté

«La sélection d'un de nos joueurs en équipe nationale est une fierté et un honneur pour le club. La meilleure preuve est qu'Albert Vulivuli, autre joueur fidjien sous contrat au Racing, a bien participé à la dernière Coupe du monde», ajoute-t-il.

Le journal britannique The Independent avait déclenché la polémique en rapportant dans son édition du 6 novembre des propos de l'ancien entraîneur des trois-quarts du Racing-Métro, Simon Mannix, selon lesquels le club francilien avait payé quatre joueurs fidjiens pour qu'ils ne partent pas au Mondial-2011 et restent disputer le Top 14.

Mannix s'est rétracté lundi dans un communiqué à l'AFP affirmant que ses propos avaient été déformés. En janvier 2012, dans le cadre d'une émission radio de l'IRB (International board, organe suprême du jeu), Mannix avait dit: «Le Racing-Métro avait quatre Fidjiens qui ont renoncé à aller à la Coupe du monde. Et pourquoi ont-ils renoncé à aller à la Coupe du monde? Parce que le club leur donnait un chèque s'ils restaient ici» (à Paris).