Santé publique France

La vie sans tabac, ça ressemble à quoi ?

Sans tabac Tous les ans, plus d’un quart des fumeurs essaient d’arrêter la cigarette durant au moins une semaine. Des Françaises et des Français aux parcours, âges et horizons différents, mais qui témoignent tous des bienfaits de leur nouvelle vie sans cigarette

Baptiste Roux Dit Riche - 20 Minutes Production
— 
La vie sans tabac, ça ressemble à quoi ?
La vie sans tabac, ça ressemble à quoi ? — Getty Images

Isabelle, fière d’avoir retrouvé sa liberté

“Ma plus grande fierté est d'arriver désormais à prendre le dessus sur cette envie de fumer et donc de me sentir moins dépendante. C'est une vraie prise de conscience.” Parisienne de 38 ans, Isabelle a dit au revoir au tabac à l’automne dernier dans le cadre du Mois sans tabac après 20 années de cigarettes. Elle réalise aujourd’hui qu’elle n’a plus besoin de fumer pour gérer son stress, s'occuper, ou passer une bonne soirée entre amis. Sans surprise, le second grand bénéfice qu’elle évoque de sa vie sans tabac est financier. “Même si je ne fumais que 5 cigarettes par jour, j’ai déjà économisé plus de 400€ depuis mon arrêt. C’est une somme qui n’est pas négligeable et qui conforte mon envie de tenir” témoigne-t-elle. Sa plus récente satisfaction en date ? Avoir résisté à la tentation d’une cigarette lors de la fête d'anniversaire des 40 ans de sa meilleure amie le week-end dernier.

Sébastien, des économies, de l’énergie et une bonne mine 

Fumeur d’un paquet de cigarettes quotidien, Sébastien estime pour sa part son économie mensuelle à près de 250 euros. Fumeur depuis ses 15 ans, il juge également l’aspect financier comme l’un des principaux avantages de son arrêt. “Je n’avais plus envie de financer le cartel du tabac et de contribuer à mon futur cancer. Ma consommation devenait incompatible avec mes valeurs.” Originaire de l’Est de la France, il est devenu non-fumeur en début d’année suite à un pari avec son père lors du dernier repas de Noël. Au-delà de meilleures finances, il met en avant l’aspect bénéfique de l’arrêt du tabac sur son niveau général de forme. “Depuis que je suis non-fumeur, j’ai l’impression d’avoir plus d’énergie, d’être moins fatigué. J’ai également retrouvé un odorat et goût plus développés après seulement une quinzaine de jours d’arrêt. Enfin, je trouve que j’ai désormais un meilleur teint. C’est bête à dire, mais cela me rend de bonne humeur”. Ou comment faire rimer économies et mine réjouie.

Christine, quatre années et zéro cigarette

“Sans en rajouter, j’ai l’impression d’avoir fumé toute ma vie. J’ai été exposée au tabagisme passif durant toute mon enfance. Puis, j’ai fumé entre 15 et 50 ans. C’était une autre époque”. Depuis quatre ans, Christine n’a pas touché à une seule cigarette et ne s’autorise aucun écart. A 54 ans, elle témoigne à son tour du goût et de l’odorat retrouvés, mais surtout d’une économie de près de 50 euros par semaine. “Au début, je comptais tout en cigarettes, notamment pour les petits plaisirs de la vie. Je peux m’offrir ce nouveau sac à main car il coûte 3 semaines de cigarettes ou aller au restaurant pour l’équivalent de quatre paquets”. Le conseil aux fumeurs de cette habitante de Saint-André-sur-Vieux-Jonc (Ain) ? “Toutes les raisons sont bonnes pour arrêter de fumer. Par exemple, moi, le déclic, c’est une allergologue qui l'a déclenché. Lors d’un rendez-vous, elle m’a fait remarquer que j’avais un bon souffle malgré mes années de cigarettes. En continuant de fumer, je risquais d'avoir des problèmes respiratoires. Cela m'a donné envie d’arrêter pour en profiter.” Défi relevé.

Contenu fourni par Tabac info service

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production, l'agence de contenu de 20 Minutes, pour Santé publique France