RATP

Grand Prix Poésie RATP 2020 : cinq conseils pour les poètes en herbe

Concours Fond, forme, thématique… on vous dévoile les recommandations de l’éditeur Bruno Doucey

Louise Lemaire - 20 Minutes Production

— 

Envoyez votre poème avant le 14 avril pour le voir publier cet été dans le métro parisien.
Envoyez votre poème avant le 14 avril pour le voir publier cet été dans le métro parisien. — RATP - Bruno Marguerite

20 Minutes a demandé à l’écrivain et éditeur Bruno Doucey quelles étaient les règles d’or pour se lancer en poésie. Ce spécialiste du genre est pour la quatrième année consécutive membre du jury du Grand Prix Poésie RATP. Il nous dévoile ses précieuses astuces pour (presque) égaler le style de Baudelaire.

S’inspirer de ses lectures

C’est un adage que vous avez déjà sûrement entendu : la lecture est le meilleur moyen de progresser à l’écrit et le genre poétique n’échappe pas à cette règle. « Il n’y a pas de génération spontanée de la poésie. C’est la lecture des poètes qui fait naître l’envie ou le besoin d’écrire », explique Bruno Doucey. L’écrivain conseille de se tourner vers les anthologies qui regroupent plusieurs auteurs d’horizons, d’époques et de tendances différentes. L’apprenti poète peut ainsi être comparé à une abeille qui va butiner de poèmes en poèmes avant de fabriquer son miel. « On se sert de l’écriture des autres pour trouver sa voie. Il ne s’agit pas d’imiter mais de considérer le langage comme un bien commun. On va y puiser des mots que d’autres ont utilisés mais on les utilisera autrement », concède l’éditeur.

S’affranchir des règles stylistiques

« L’un des premiers conseils que je donne aux jeunes poètes, c’est de désapprendre ce qu’ils ont appris », précise Bruno Doucey. Fini les rimes croisées ou embrassées, les sonnets pompeux et les alexandrins. « Il faut se sentir complètement libre, chercher la musicalité du texte et faire naître des images. » Les auteurs doivent néanmoins s’astreindre à une certaine rigueur afin de respecter une cohérence entre la signification du poème et sa forme. Pas question donc d’écrire des vers interminables pour évoquer le vol d’une libellule. « Il faut trouver un mode d’expression qui soit adapté au sujet que l’on aborde. »

S’ancrer dans la modernité

Si le genre poétique se détache des règles désuètes, ce n’est pas le seul aspect à se renouveler. Parmi les nouveaux styles prisés, on retrouve aussi bien des formes brèves, tels que les haïkus, que de la poésie narrative. La nouveauté passe aussi par les thématiques abordées : « On peut écrire sur tout » affirme l’écrivain.

Rester authentique

« La poésie n’est pas réservée à un cercle restreint de spécialistes. On est entré dans un espace beaucoup plus démocratique qui permet une différenciation plus grande des modes d’expression », souligne Bruno Doucey. Nul besoin pour cela de s’attabler avec un carnet, prêt à dégainer vos plus beaux phrasés. Privilégiez plutôt la spontanéité. « Lorsqu’on écrit un poème, on ne donne pas rendez-vous à l’écriture. » Sur votre smartphone, votre ordinateur, un post-it ou un bloc-notes, écrivez où bon vous semble et quand cela vous chante.

Tester son style

Quel que soit votre âge et votre expérience, vous avez jusqu’au 14 avril pour envoyer le texte de votre choix sur le site du Grand Prix Poésie RATP. Les candidats seront répartis en trois catégories : Enfants pour les moins de 12 ans, Jeunes pour les moins de 18 ans et Adultes pour les participants majeurs. 100 lauréats seront sélectionnés et publiés dans un recueil édité en partenariat avec Gallimard. Le jury sélectionnera, parmi ces 100 finalistes, dix poèmes qui seront affichés durant les deux mois d’été dans le métro parisien. Alors à vos stylos !

Izïa Higelin, présidente du jury du Grand Prix Poésie RATP

Pour cette édition 2020, c’est la comédienne, autrice et compositrice Izïa Higelin qui présidera le jury du concours. Après deux Victoires de la musique en 2010 et un César du meilleur espoir féminin en 2013, l’interprète a sorti son quatrième album Citadelle en octobre dernier. Elle y partage des sujets intimes comme la disparition de son père et la naissance de son fils. Elle confesse : « la poésie est partout, dans les chansons, bien sûr, qui, sont de véritables œuvres poétiques, mais aussi dans toutes les petites choses de la vie. Tout dépend du regard que l’on porte sur elles et de la sensibilité de chacun. »

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production, l'agence contenu de 20 Minutes, pour RATP