Heyme

Que savez-vous vraiment du VIH ?

Santé Chaque année, environ 6 400 personnes découvrent leur séropositivité. Un chiffre stable qui ne baisse pas. En cause : les idées reçues, le manque de prévention, de protection et de dépistage.

Laure Marchal - 20 Minutes Production

— 

On ne guérit pas du sida, pensez alors à toujours vous protéger.
On ne guérit pas du sida, pensez alors à toujours vous protéger. — GettyImages

Faites-vous la différence entre VIH et Sida ? Être atteint du VIH, c’est être infecté par le virus qui va peu à peu détruire toutes les défenses immunitaires. Au fil des années, l’immunité est de plus en plus faible et des maladies dites « opportunistes » se développent. C’est un nouveau stade qui est franchi et c’est lorsqu'une personne contracte une ou plusieurs maladies de ce type, qu’on dit qu’elle a le SIDA.

En France, plus de 172 000 personnes vivent avec le VIH. Un chiffre qui peut même être revu à la hausse puisque Santé publique France estime que 25 000 personnes sont séropositives sans le savoir. Et chaque année, c’est près de 6 400 personnes séropositives qui sont découvertes. Pourquoi ? De nombreux facteurs entrent en compte et en particulier la baisse de vigilance des jeunes qui adoptent des comportements à risques.

Selon l’enquête santé annuelle des étudiants menée par HEYME et OpinionWay*, 57% des étudiants déclarent avoir déjà oublié de mettre un préservatif lors d’un rapport sexuel ! Un chiffre étonnant quand on sait que cette maladie se transmet principalement lors de rapports sexuels non protégés. Les seringues usagées lors de la prise de drogues, la grossesse ou l’allaitement quand la mère est porteuse du VIH sont d’autres causes de transmissions. En aucun cas une piqure de moustique ne peut être responsable de la transmission du virus ni même le simple fait d’être en contact avec une personne séropositive ou de boire dans le même verre qu’elle. C’est pourtant des idées reçues qui circulent encore, notamment chez les jeunes. Autre fausse croyance : on peut guérir du SIDA. Non ! Certes, les trithérapies améliorent la vie des malades mais aujourd’hui on meurt toujours du SIDA. Voilà pourquoi il est crucial de continuer à faire de la prévention et de se protéger.

Le préservatif pour se protéger du VIH et d’autres maladies

Le meilleur moyen d’éviter d’être contaminé par le virus du SIDA est de mettre un préservatif à chaque rapport sexuel. Attention, utiliser deux préservatifs simultanément (féminin et masculin) n’est pas souhaitable ! Le frottement des deux pourrait conduire à une déchirure et à une éventuelle contamination.
Le préservatif n’évite pas seulement d’attraper le VIH mais également toutes les infections sexuellement transmissibles (IST) qui peuvent parfois être asymptomatiques et conduire à l’infertilité. Il est donc essentiel de se faire dépister. Pour cela, vous pouvez vous rendre dans un CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic). Vous trouverez ici celui le plus proche de chez vous.

Sachez que vous pouvez aussi pratiquer vous-même un Autotest, disponible à l’achat en pharmacie ou en ligne.

Enfin, depuis le 1er juillet 2019, il est possible de faire un test de dépistage du VIH sans ordonnance, pris en charge à 100 %, sans avance de frais et dans tous les laboratoires d’analyses médicales de Paris et des Alpes-Maritimes.

*Etude réalisée auprès d’un échantillon de 841 étudiants âgés de 16 à 28 ans et d’un échantillon de 841 lycéens français âgés de 14 à 22 ans, 3 juillet 2019.

L’enquête santé complète est disponible ici.

VIH et jeunes : 5 chiffres clés

- 33% des étudiants de 16 à 28 ans ont de fausses croyances sur les modes de transmissions du VIH.

- 19% des étudiants pensent pouvoir devenir séropositif par une piqûre de moustique.

- 56% des étudiants déclarent ne pas utiliser de préservatif à chaque rapport sexuel.

- Près d’ 1 étudiant sur 5 ne se fait pas dépister en cas de changement de partenaire car il estime le plus souvent ne pas avoir pris un risque suffisant.

- 2 étudiants sur 10 pensent que l’on guérit facilement du SIDA aujourd’hui.

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production, l’agence de contenu de 20 Minutes pour HEYME.