Royaume-Uni : Facebook sommé de revendre Giphy par l’autorité de la concurrence

RÉSEAUX SOCIAUX Posséder la base de GIF donnerait à Facebook trop de pouvoir sur les autres réseaux sociaux dans le pays

20 Minutes avec agence
— 
Facebook (illustration)
Facebook (illustration) — SOPA Images/SIPA

C’est acté : Facebook a l’obligation de se séparer de Giphy, sa plateforme de publication de GIF. Après une longue bataille au Royaume-Uni depuis près de deux ans, le gendarme britannique de la concurrence (CMA) a ordonné ce mardi au réseau social de vendre sa filiale.

Selon la CMA, la fusion des deux entreprises « pourrait nuire aux utilisateurs de réseaux sociaux et aux annonceurs au Royaume-Uni ». L’autorité de la concurrence avait déjà infligé une amende de 50,5 millions de livres à Facebook pour cette fusion qu’elle jugeait illégale.

WhatsApp et Instagram dans le viseur

Facebook était sous le coup d’une enquête depuis juin 2020 dans cette affaire, rappelle Numerama. La CMA soutenait qu’en achetant Giphy, Facebook pourrait entraver l’accès aux GIF pour certains utilisateurs ou pour ses concurrents. La situation lui permettrait d’exiger l’accès à des données supplémentaires aux autres réseaux sociaux comme Snapchat, Twitter ou TikTok.

En clair, Facebook entrave la saine et rude concurrence du marché. Au-delà de cette décision se pose la question du démantèlement des géants de la tech, très actuelle dans toute l’Union européenne. WhatsApp et Instagram, qui appartiennent à Facebook, renommé « Meta », pourraient connaître le même destin que Giphy.