Italie : Apple et Amazon écopent de 200 millions d’euros d’amende pour infraction à la concurrence

JUSTICE Les deux géants sont accusés d’avoir empêché et limité la vente de certains produits Apple et Beats sur la plateforme d’e-commerce d’Amazon

20 Minutes avec agences
— 
Illustration du géant du e-commerce Amazon.
Illustration du géant du e-commerce Amazon. — AFP

Une lourde amende de 200 millions d’euros a été infligée ce mardi à Amazon et Apple en Italie. Le gendarme de la concurrence leur reproche d’avoir restreint l’accès à la plateforme Amazon de certains revendeurs de produits Apple.

Les sociétés du groupe Amazon ont écopé de 68,7 millions d’euros d’amende, et celles du groupe Apple d’une sanction de 134,5 millions d’euros. L’enquête ouverte par l’Antitrust italien a permis d’établir « que certaines clauses du contrat signé le 31 octobre 2018 interdisant à des revendeurs officiels et non-officiels de produits Apple et Beats d’utiliser la plateforme Amazon.it » violaient le droit européen.

Une décision « injustifiée » selon Amazon

Ce contrat n’autorisait la vente desdits produits Apple et Beats qu’à Amazon lui-même, ainsi qu’à certains vendeurs « choisis individuellement et de manière discriminatoire ». L’enquête a établi la « volonté » d’Apple et Amazon « d’introduire des restrictions purement quantitatives du nombre de revendeurs » pour augmenter leurs bénéfices.

« Nous sommes en désaccord profond avec la décision et nous ferons appel », a réagi Amazon dans un communiqué, qualifiant la sanction « d’injustifiée et disproportionnée ». Le groupe nie tirer des avantages de l’exclusion de revendeurs car « notre modèle de business est basé sur leur succès ». Apple a simplement précisé qu’un appel serait présenté.

Pluie d’enquêtes pour les Gafa

L’enquête italienne pourra servir de modèles aux autorités de la concurrence allemandes et espagnoles « qui ont aussi lancé des procédures analogues », a indiqué l’Antitrust. De son côté, l’association italienne de consommateurs Codacons s’est félicitée de cette amende. « Toute limitation d’accès aux opérateurs sur les plateformes de commerce électronique représente un dommage pour les consommateurs », a déclaré le président de l’association.

Le gendarme italien de la concurrence est coutumier de ce genre de sanctions financières. En mai, il a infligé une amende de 102 millions d’euros à Google pour abus de position dominante. Il accusait le géant américain de refuser la présence sur Google Play d’une application tierce permettant de trouver des bornes de recharge pour voitures électriques.

De nombreux pays enquêtent sur les pratiques des Gafa en ce moment. L’autorité de la concurrence américaine (FTC) et de nombreux Etats américains ont lancé des enquêtes et des poursuites contre Google, Apple, Facebook et Amazon, qu’ils accusent d’abus de position dominante sur leurs différents marchés, des réseaux sociaux à la publicité numérique en passant par le commerce en ligne.