Comme un poisson dans l'eau

©2006 20 minutes

— 

La photo sous l'eau réalise ses premières brasses pour le grand public. De plus en plus de systèmes à base de caissons étanches, simples à mettre en oeuvre, font surface. Si ce marché naissant reste peu quantifiable, la cible des constructeurs l'est davantage : les 150 000 licenciés de la Fédération française d'études et de sports sous-marins, ainsi que les familles adeptes de photos souvenirs originales. Hélas, « il n'existe pas de caisson universel », précise t-on chez Canon. Ainsi, un caisson dédié à chaque référence d'appareil est requis. Car, en plus de résister aux infiltrations et à la pression, le caisson doit donner accès à chaque touche et offrir une visée aisée. Il faut donc s'interroger sur cette possibilité au moment de s'offrir un compact ou un reflex. D'autant que certaines marques ne proposent pas de caissons (Kodak, par exemple) et que tous les caissons ne « plongent » pas à la même profondeur.

Selon les appareils, on peut en trouver des « tout temps » (dès 89 euros ) pour prendre des photos jusqu'à 3 ou 5 mètres de profondeur. Ces modèles s'avèrent aussi pratiques pour protéger son compact du sable, par exemple, ou de chocs si l'on pratique un sport extrême. Pour tutoyer les murènes et atteindre moins 40 mètres, un caisson beaucoup plus résistant est obligatoire. Comptez 250 euros , minimum. Cher ? Bien peu, face à des solutions professionnelles qui peuvent atteindre 10 000 euros . « La fabrication est limitée à de petites quantités et la distribution s'effectue beaucoup auprès de magasins spécialisés», justifie t-on chez Olympus, unique marque à proposer le seul appareil photo vraiment étanche du marché, le Mjiu 720 (399 euros , jusqu'à moins 3 mètres). Dès 8 euros , le jetable argentique dans son boîtier hermétique a encore son public en cette saison. Mais avec lui, la qualité des images coule à pic.

Christophe Séfrin

Il n'existe pas de caisson pour votre compact numérique ? Qu'à cela ne tienne, une housse souple réalisée à partir de feuilles de PVC coupées, puis assemblées à chaud permet d'immerger son appareil photo. En Europe, la société Ewa-Marine en fabrique (en vente dans les magasins spécialisés). Avantages sur le caisson : pas de limite de profondeur (sinon celle autorisée par l'appareil) et un entretien aisé car sans joints à entretenir. Tout en restant sage côté prix : à partir de 105 euros .