Bing s'offre un lifting social pour mieux concurrencer Google

WEB Le moteur de recherche de Microsoft chamboule l'organisation de ses résultats...

Philippe Berry

— 

Le nouveau look du moteur de recherche de Microsoft, Bing, dévoilé le 10 mai 2012.
Le nouveau look du moteur de recherche de Microsoft, Bing, dévoilé le 10 mai 2012. — DR

Google avait dégainé en janvier avec «Search plus your world». Jeudi, Microsoft a répondu avec son «new Bing» qui veut mieux organiser la recherche.

De fait, Microsoft injectait déjà une dose de social dans sa recherche. Avec la nouvelle formule, qui sera lancée aux Etats-Unis dans les prochaines semaines (mais qui peut s'activer en cliquant ici, via une connexion à Facebook ou à Windows Live), Microsoft revoit surtout l'organisation des résultats, séparés en trois zones:

  • les résultats du Web, à gauche: les liens classiques, parfois enrichis d'une icône (si un ami a «liké» un page ou un site)
  • snapshot, au milieu: des infos pratiques et des raccourcis pour effectuer des actions sans visiter un site (cartes, lien pour réserver un restaurant etc)
  • sidebar, à droite: le cœur social de Bing. Microsoft agrège des données de ses amis provenant de Facebook, Twitter, Foursquare, Quora, LinkedIn, Google Plus et Blogger. Un raccourci permet également de poster directement un statut Facebook (du type «des idées de restaurants à New York ce soir?»)

Expérimentations

Par rapport à Google Search plus friends, la solution de Microsoft est globalement mieux organisée mais certains peuvent se perdre entre tous les modules. C'est avant tout une question de goût. Là où Microsoft pourrait prendre l'avantage, c'est sur le nombre de sources sociales proposées –surtout Facebook. Précision importante: chez les deux entreprises, la recherche sociale n'est –pour l'instant– qu'optionnelle.

 

Dans la pratique, la recherche sociale est encore loin d'être vraiment satisfaisante, chez Microsoft comme chez Google. Le cas de figure «je veux aller passer mes vacances à Hawaii / ça tombe bien, ma belle-sœur vient justement de poster un album photo sur Honolulu» reste l'exception et pas la règle.

 

Parallèlement, les «power users» actifs sur les réseaux sociaux peuvent effectuer une recherche ou poser une question directement sur Facebook ou sur Twitter. Pour l'instant, tous les acteurs expérimentent sur la complémentarité entre l'homme et la machine. Aucun n'a encore vraiment trouvé la recette miracle.