Google tape fort à Paris

TECHNOLOGIES Le géant d'Internet a inauguré ses locaux dans un hôtel particulier du 9e...

Magali Gruet

— 

Le siège de Google à Paris
Le siège de Google à Paris — Thomas DERON

Des banquettes colorées à l’effigie de la marque, des baby-foot qui claquent entre les mains d’ingénieurs vingtenaires, des frigos regorgeant de sodas importés, des sucettes en chocolat à volonté. L’esprit de la Silicon Valley hante les locaux flambant neufs de Google, inaugurés ce mardi rue de Londres (9e). La marque américaine a aménagé un hôtel particulier de 10 000 m2 pour offrir un cocon aux 350 employés qui travaillent pour la France et pour la région SEEMEA (Europe du Sud, de l’Est, Moyen-Orient et Afrique). Un QG stratégique pour lequel le géant d’Internet a investi plus de 100 millions d’euros et fait déménager ses meilleurs éléments. «Nous avons des Américains qui ont fait le choix de la France et des Français partis aux Etats-Unis depuis quinze ans qui ont accepté de rentrer pour ce projet», se félicitent les tenants des lieux.

Un écosystème Google à Paris

Car le site de Paris accueille un centre de recherche et développement mais aussi une structure unique au monde : un institut culturel, qui va développer les interactions avec ce secteur. Quelques outils commencent déjà à voir le jour et sont exposés au rez-de-chaussée du bâtiment: le carrousel de livres, sorte de bibliothèque en 3D où il suffit de scanner le code-barres d’un livre pour le lire sur sa tablette, trône en bonne place et pourrait à l’avenir équiper bibliothèques et universités. Google Art Project, qui a consisté à scanner en haute définition les œuvres de dix-sept des plus grands musées du monde, est l’une des autres fiertés de la structure. Innover et expérimenter, c’est l’obsession de Google et l’entreprise met tout en œuvre pour encourager la créativité de ses troupes, parfois même en les amusant.

Une 2 CV rouge trône par exemple au milieu de l’open space, «idéale pour les réunions en one-to-one», assure un ingénieur. La nourriture est en libre-service, histoire de ne pas être trop pressé de rentrer chez soi le soir, même si cela comporte quelques inconvénients. «On a tous pris 5 kg», confie un employé. D’ici à deux ans, l’entreprise veut amener 150 personnes supplémentaires sur son site parisien et procédera aussi à des embauches. Un véritable «vivier de chercheurs, parmi les meilleurs du monde, des Etats-Unis à la Roumanie». Google parle de créer «un écosystème, où tous les univers se mélangent sur un seul site innovant». Un monde en soi.

Nicolas Sarkozy a discuté avec les salariés de Google, voir la vidéo