Google Music lancé aux Etats-Unis avec trois majors sur quatre à bord

HIGH-TECH Le service est intégré à Android et à Google+...

Philippe Berry

— 

Google Music, officiellement lancé le 16 novembre 2011 aux Etats-Unis.
Google Music, officiellement lancé le 16 novembre 2011 aux Etats-Unis. — GOOGLE

De notre correponsdant à Los Angeles

Huit ans après Apple, Google passe la seconde sur le front de la musique digitale. Mercredi, l'entreprise a sorti Google Music de sa bêta, et surtout lancé une store digne de ce nom, avec trois des quatre majors de l'industrie: Universal, Sony music et EMI. Seul Warner boycotte pour l'instant la plateforme. L'offre est réservée aux Etats-Unis, sans date pour l'Europe.

>> Revivez les annonces par ici

Google Music en bref, c'est:

  • 13 millions de titres (8 millions immédiatement, le reste suivra), contre 20 millions à iTunes, vendus à des prix similaires, de 0,99 à 1,29 dollar.
  • la sauvegarde en ligne de sa bibliothèque musicale pour y accéder en streaming depuis n'importe quel appareil connecté (jusqu'à 20.000 titres). Le service reste gratuit alors qu'Apple le facture 25 dollars par an –cependant avec un service plus simple et une upgrade des titres de mauvaise qualité.
  • Les artistes non signés peuvent créer une page en payant 25 dollars pour y vendre leurs créations. Ils touchent 70% des recettes, Google 30%.
  • Google Music est intégré à Google+. On peut partager un morceau avec ses amis, qui ont droit à une écoute gratuite.
  • Des recommendations musicales, par ses amis ou un algorithme.

Les analystes se concentrent principalement sur la comparaison avec iTunes. L'intérêt est ailleurs. Google Music est avant tout lancé pour Android. Jusqu'ici, acheter de la musique sur un smartphone ou une tablette équipés du système de Google était bien plus pénible que chez Apple. Désormais le retard sur l'offre multimédia se réduit.

Google espère également que l'intégration à Google+ permettra à son réseau social de décoller. Reste qu'offrir une écoute gratuite à ses amis revêt beaucoup moins d'intérêt depuis que Facebook a signé un partenariat avec Spotify et de nombreux acteurs du streaming.