High-Tech

iPod hifi et SoundDock, les nouveaux rivaux du son

Prestations comparées de l'iPod Hifi et de SoundDock, qui se veulent un prolongement de l'iPod en minichaîne hifi

Ils affichent le même prix – 379 g – , une semblable couleur blanche, et partagent une ambition : prolonger l’iPod en une minichaîne Hifi. Le SoundDock de Bose, né en juillet 2005 et l’iPod Hifi, lancé il y a un mois et demi, sont les nouveaux rivaux du son. Avec le duo iTunes et iPod, Apple s’est imposé dans le MP3 et la musique dématérialisée. Au point d’effectuer un léger
glissement vers l’électroménager de salon avec ses
enceintes haut de gamme.
« Pour Apple, c’est une manière simple de profiter du marché très actif des “audio speakers”, en jouant de son atout design », estime Julien Jolivet, chef de groupe à l’institut d’études GFK. Un marché qui devrait croître de 110 % cette année, et où Bose n’est pas loin de tenir la première place dans le haut de gamme. Prestations comparées :
Design Le SoundDock est loin d’être ingrat et sa simplicité blanche s’orne d’un peu de gris. Mais il lui
manque les finitions incomparables qui font la marque d’Apple : satiné des matériaux, lignes douces… L’iPod Hifi est compact, sa façade noire voilée d’un cache et sa coque blanche rappellent la gamme bichromique des derniers iPod. Les boutons réagissent au simple effleurement.
Son Les performances sont comparables. L’iPodHifi est séduisant par sa puissance, sa rondeur, et ses basses profondes. Le Bose est d’une grande limpidité.
Simplicité d’utilisation Tous deux sont « plug and play ». L’iPodHifi propose une série d’adaptateurs spécifiques pour tous les typesd’iPod, mêmes les plus anciens.
Transport Vendu dans un sac à bandoulière et d’un
poids de 2,1kg, le SoundDock est une chaîne véritablement nomade. Ce qui n’est franchement pas le cas de l’iPod Hifi, qui peut atteindre 7, 6 kg s’il est chargé de piles. Les deux poignées dessinées dans le bloc permettent certes de le transporter d’une pièce à l’autre.Mais l’emporter avec soi tient plus de la séance de musculation que de la balade musicale.

Anne Kerloc’h