Marie-Françoise Marais est la présidente de l'Hadopi.
Marie-Françoise Marais est la présidente de l'Hadopi. — HALEY/ REUTERS

INTERNET

Hadopi: Plus de 600.000 mails d'avertissement envoyés aux internautes

Après dix-huit mois d'activité, la Haute autorité a présenté jeudi son premier rapport d'activité...

En un an et demi d'activité, l'Hadopi a envoyé 650.000 messages d'avertissement à des internautes soupçonnés de télécharger illégalement de la musique ou des vidéos et 44.000 secondes recommandations. Enfin, une soixante de dossiers de personnes  qui n’auraient pas respecté les consignes de l’Hadopi malgré les messages d’avertissement, est actuellement examinée par la Commission de protection des droits, avec «la possibilité de transmission des dossiers au tribunal».

Jeudi, lors de la présentation du rapport qui couvre les dix-huit mois d’activité de l’Hadopi, Marie-François Marais, présidente de l’organisme, a rappelé sa «détermination» malgré les «critiques» et «attaques». Ces dernières visaient par exemple la campagne d’information de l’Hadopi, symbolisée par Emma Leprince et sa fameuse rengaine «je suis ton clone». Une «vive polémique» qui n’a «pas impacté l’efficacité de la campagne, globalement positive», a-t-elle assuré.

 

La riposte graduée «fonctionne»

Dans son bilan d’activité, l’Hadopi se félicite ainsi de voir que la riposte graduée «fonctionne». Selon des sondages qu’elle a commandés, 44% des internautes ayant déclaré télécharger illégalement et connaissant l’Hadopi se disent  «tout à fait» ou «plutôt» incités à modifier leurs habitudes de consommation de biens culturels sur l’Internet.

Concernant la consommation, de plus en plus répandue, de musique ou de vidéos en streaming, l’Hadopi se contente pour l’instant d’en «observer les usages».  Pas de mention non plus  du «direct download». Ne sont encore concernés par l’Hadopi, que les échanges de fichiers via les réseaux de peer-to-peer. Quant au livre numérique, une étude est en cours.  Parmi les autres chantiers de l’Hadopi, «l’encouragement au développement de l’offre légale», qui «peine à répondre à la demande du public». D’où la création, avant début 2012, d’un portail Internet de référencement des offres labellisées «PUR» (Promotion des usages responsables). 

«Rendez-vous en juin 2012», lit-on par ailleurs en préambule du rapport d’activité 2010 de l’Hadopi. Mais l’année prochaine la Haute Autorité sera-t-elle encore là ? En cas de victoire aux prochaines législatives, la gauche s’est engagée à abroger le système de riposte gradué.  «Une proposition du passé», avait déclaré mardi soir le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.  D’ailleurs, pour 2012, son ministère prévoit de verser 11 millions d’euros pour le budget de l’Hadopi, une subvention inférieure d’un million à celle demandée par l’organisme.  Mais il ne faut y voir aucun signe de défiance. «Avec la crise, on comprend que l’enveloppe ait été diminuée», explique Marie-François Marais.

Le rapport d’activité est disponible en ligne.