Tablettes, 3D: Sony joue la carte de l'originalité pour se relancer

HIGH-TECH Le constructeur japonais a ouvert le bal de l'IFA de Berlin...

Philippe Berry

— 

Le casque HMZ Personal 3D Viewer de Sony est constitué de deux petits écrans OLED donnant l'impression d'être au cinéma.
Le casque HMZ Personal 3D Viewer de Sony est constitué de deux petits écrans OLED donnant l'impression d'être au cinéma. — I.KATO/REUTERS

Sony veut oublier son printemps cauchemardesque. Au salon IFA de Berlin, le constructeur japonais a présenté ses derniers gadgets, mercredi. Tablettes, smartphones, baladeurs, 3D... Selon son président Howard Stringer, «ce qui compte, ce n'est pas de fabriquer un produit le premier mais de proposer le meilleur.» Côté design, Sony a réussi à trouver une certaine originalité. Dommage que les prix annoncés soient trop élevés.

La tablette Sony S à partir de 479€, disponible fin septembre

Au moins, Sony ne pourra pas être accusé par Apple d'avoir copié le design de l'iPad. Avec sa tablette S, Sony se différencie de l'armée des tablettes Android génériques. Conçue pour ressembler à un magazine plié, la tablette sous Honeycomb 3.1 sera disponible en Europe fin septembre pour le modèle wifi (novembre pour le modèle 3G), à partir de 479€. Un prix voisin de celui de l'iPad sur lequel Motorola (Xoom) et HP (TouchPad) se sont déjà cassé les dents. Sony mise sur la communication sans fil (sans doute via DLNA) pour que la tablette puisse partager des contenus avec un téléviseur. Sur le salon, les premières impressions sur le design sont mitigées. Pour Engadget, la tablette est «confortable» tenue à une main en mode portrait ou posée sur une table en mode paysage. En revanche, le design «asymétrique» est un handicap dans toute autre position et la tablette semble «fragile».

 

La tablette P, en deux volets, à partir de 599€

Dans la catégorie «bonne idée sur le papier qui ne se vendra sans doute pas», voici la tablette P, également sous Android Honeycomb. Avec ses deux écrans de 5,5 pouces, elle ressemble à une sorte de Nintendo DS en plus épaisse (2,5cm). A 599€, difficile d'imaginer qu'elle puisse séduire le grand public, même si l'idée d'avoir un écran pouvant faire office de clavier et de contrôleur pour les jeux certifiés Playstation (des anciens succès, pour la plupart) est séduisante.

 

 

Le casque 3D va être commercialisé

Tout droit sorti d'un roman cyberpunk, le prototype de casque 3D avait fait son petit effet lors du CES de Las Vegas. A Berlin, Sony a annoncé qu'il serait bien commercialisé, sous le nom de HMZ Personal 3D Viewer. Il contient deux mini panneaux OLED d'une résolution de 1280x720 pixels. Placés devant les yeux, ils donnent l'impression d'être devant un écran de cinéma. En plus d'un son surround, le casque permet surtout proposer un effet 3D de grande qualité, avec un flux vidéo pour chaque œil (ce qui évite un effet parasite indésirable comme le «crosstalk»). Il sera d'abord proposé au Japon à partir de novembre, aux environs de 550 euros. Un accessoire pour les gamers solitaires fortunés, principalement.

 

Le reste

Sony a présenté un prototype de Walkman sous Android, qui s'inscrit comme le concurrent le plus sérieux à l'iPod touch, et une nouvelle version de son smartphone Xperia Arc S. Un nouveau Sony Reader à écran tactile devrait débarquer en octobre, sans doute à 149 euros. A 175 grammes pour 6 pouces, il est annoncé par Sony comme le plus léger de sa catégorie.