WikiLeaks: Les soldats qui transportent des données sensibles passibles de cour martiale

P.B.

— 

Une clé USB haute sécurité de Lockheed Martin
Une clé USB haute sécurité de Lockheed Martin — REUTERS/HO NEWS

Un dicton américain dit: «Le dentifrice est déjà sorti du tube». Comprendre: dans le cas des 250.000 câbles du département d'Etat tombés entre les mains de WikiLeaks, il n'y a plus grand chose à faire. En revanche, l'armée US veut à tout prix empêcher une autre affaire embarrassante.

Selon Wired, qui s'est procuré un mémo interne, le Pentagone appelle à «immédiatement arrêter d'utiliser tout support de stockage amovible sur les serveurs et les machines de SIPRNET», le réseau privé de l'armée.

«Des transferts non autorisés ont lieu de manière routinière via» CD, DVD, clé USB et disque dur externe, «une méthode que les personnes de l'extérieur utilisent pour mettre la main sur des informations confidentielles».

La taupe, un soldat de 23 ans?

Le mémo poursuit: «Ceux qui ne respectent pas la nouvelle directive seront passibles de cour martiale.» Sous couvert d'anonymat, un soldat explique à Wired craindre que ce changement «ne ralentisse l'action sur le terrain». Selon lui, un CD ou un clé USB sont souvent le moyen le plus rapide de transporter des données.

Dans le cas de la fuite WikiLeaks, la taupe serait un soldat de 23 ans. Il venait au boulot avec un CD réinscriptible contenant des chansons de Lady Gaga et repartait avec les secrets d'Etat.

En complément de l'interdiction des médias amovibles, 60% des machines de l'armée sont désormais protégées par un système de sécurité qui scrute tout comportement suspect et téléchargement de données non autorisé.