«L'iPad, c'est comme l'iPhone 1, c'est pas au point et c'est cher»

REVUE DE WEB Blogueurs et internautes sont plutôt déçus au lendemain de la présentation de la tablette d'Apple…

Sandrine Cochard

— 

Steve Jobs dévoile l'iPad, la nouvelle tablette d'Apple, San Francisco, le 27 janvier 2010.
Steve Jobs dévoile l'iPad, la nouvelle tablette d'Apple, San Francisco, le 27 janvier 2010. — GIZMODO

Habituellement, la présentation d’un nouveau joujou d’Apple entraîne un méga orgasme généralisé des geeks de la planète. Celle de l’iPad – cette tablette multimédia attendue comme une révolution technologique – a pourtant fait l’effet d’une douche froide pour les puristes. Pourquoi tant de déception? 20minutes.fr a fait un tour sur la Toile pour y voir plus clair.
 
Une copie d’iPhone
 
Les fans d’Apple d’en démordent pas: l’iPad ne vaut pas mieux qu’un vulgaire iPhone. Ainsi cette «lettre» qui circule sur le Net et résume leur déception. «Nous voulions ça (un Macbook), pas un iPhone lourd et cher». Et d’appeler Apple à «arrêter de s’envoyer des fleurs» alors que «tout le monde sait que ce ne sont que des conneries», signé «vos fans». Même reproches sur Twitter où différents utilisateurs du site de micro-blogging se laissent aller à un jugement sans appel. «J'en veux pas de l'iPad, c'est comme le iPhone 1, c'est pas au point et c'est cher», affirme l’une. «#iPad = inutile PAS révolutionnaire. Grande déception, Apple», ajoute une autre. Signe révélateur: le terme iPad – source de nombreuses blagues plus ou moins fines (voir encadré) - a disparu des «trending topics» du site en à peine quelques heures.
 
D’autres internautes pointent les lacunes de l’outil. Ainsi l’iPad n’est «pas équipé d’Adobe Flash player alors qu’il est requis de nombreux sites», soupire une internaute. La tablette manque aussi d’un port USB et sa connectique faiblarde. Côté technologie, les amateurs attendent donc d’Apple qu’il revoit sa copie. Ce petit comparatif (à charge) entre l’iPad, le Kindle d’Amazon et une pierre - clin d’œil à celui qui avait déjà circulé au moment de la sortie de l’iPhone, également épinglé pour son manque de prouesses technologiques - confirme à quel point la firme est tombée de son piédestal.
 
Désaveu
 
Quant aux personnes qui ont vraiment eu l’objet entre les mains, elles ne sont pas plus tendres. «Lorsque nous avons finalement pu voir ce que Apple avait créé, cela n’a pas exactement été un choc, plutôt une énorme déception. Peut-être que déception n’est pas le bon mot. Disons que (l’iPad) a semblé dénué d’imagination», décrit Joss sur le blog Engadget. Selon lui, l’iPad est un produit inachevé qui trouvera son public «dès que les développeurs auront mis la main dessus». «Pour moi, l’iPad est un iPhone à l’écran plus large mais avec moins de capacités», ajoute Ross, dans la même note. La comparaison entre les deux produits d’Apple est décidément tenace. Et soulève une question: quel intérêt pour un possesseur d’iPhone de s’offrir la tablette, vendue plus chère que ce smartphone?
 
Le coup de grâce arrive par Wired, site du magazine américain référent en matière de technologie. Le sondage qu’il a réalisé révèle que 60% des 1.114 sondés ne souhaitent pas acheter l’iPad, perçu comme «un iPod Touch sous stéroïdes». Un sérieux désaveu pour Apple qui s’est longtemps positionnée comme une marque geek et avant-gardiste.
 
«Au final, l’iPad n’est pas une révolution, c’est même un objet très conservateur, complètement intégré dans la philosophie Apple régnante depuis quelques années (…), souligne le blogueur Monsieur Lam. Il n’y a pas vraiment de créativité ici, juste beaucoup d’application à élargir une gamme.»
 
Le site PC world liste tout de même six raisons pour lesquelles on serait tenté d’acheter la tablette (et six autres pour nous convaincre du contraire). Selon eux, la première d’entre elles est que l’iPad est «indéniablement cool». Plus argumentée, cette analyse de TechCrunch qui explique comment l'iPad va ringardiser le Kindle.
 
La déception première passée, l'iPad pourrait donc connaître en fait un certain succès.

Nom mal choisi

Pour ne rien arranger, le nom choisi par Apple, iPad, évoque de nombreux autres termes dont celui de «serviette hygiénique». Un patronyme malheureux qui fait le bonheur de la Toile. Ainsi le blog féminin Jezebel réunit les «meilleures blagues sur l’iPad», faisant de cette tablette – encore perçue comme messianique il y a encore quelques semaines - la nouvelle risée du web. Plus sérieux, le Huffington Post croit déceler dans ce nom le signe d’un monde gouverné par la testostérone. «Ce faux-pas en est le parfait exemple, nous avons besoin de plus de professionnelles femmes dans ce monde.»