«Il manque des fonctions à l'iPad pour être incontournable»

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

L'iPad, la tablette dévoilée par Apple le 27 janvier 2010
L'iPad, la tablette dévoilée par Apple le 27 janvier 2010 — Apple
Après des mois de spéculation, Apple a finalement présenté sa tablette, mercredi à San Francisco. L'iPad va-t-il se créer une place entre les netbooks, les téléphones et les ordinateurs portables? Signer l'arrêt de mort du Kindle et des autres eReaders? L'analyste Scott Steinberg livre ses conclusions, à chaud.
 
Votre première impression, en découvrant l'appareil dans les mains de Steve Jobs?
J'ai plutôt haussé les épaules. L'iPad est un iPod touch XXL avec une meilleure connectivité grâce au 3G pour aller sur Internet. Mais au vu de ses fonctions, ce n'est pas le killer gadget qu'on pouvait attendre. Se retournera-t-on dans le métro si l'on vous voit jouer avec? Assurément. Faut-il craquer immédiatement? Loin de là.
 
Qu'est-ce qui lui manque?
Des capacité de vidéoconférences. Sur un tel appareil multimédia et connecté, c'est un vrai manque. La partie n'est pas facile. L'iPad doit se faire une place entre des netbooks moins chers et qui disposent d'un clavier et des téléphones plus transportables. Vu le profil de l'appareil, il faudrait qu'iTunes suive et propose des solutions en streaming audio et vidéo (ce qui devrait arriver, avec le rachat de lala.com, ndr). Sans compter le fait que Steve Jobs n'a pas présenté de «killer apps» sur l'iPad, même si les développeurs vont se mettre au boulot. Apple est une compagnie connue pour faire évoluer ses produits en permanence, côté matériel et logiciel. Le premier iPhone n'était pas technologiquement impressionnant, mais Apple a rapidement sorti le 3G un an après.
 
Cinq éditeurs sont déjà à bord pour proposer des livres électroniques. L'iPad va-t-il tuer le Kindler et les autres eReaders?
Il va incontestablement leur faire beaucoup de mal. C'est un appareil multitâches, en couleur, au contenu bien plus riche que les eReaders de luxe et dans la même gamme de prix (de 499$ à 829$ pour l'iPad contre 489$ pour un Kindle DX à la taille d'écran comparable et 799$ pour le Que de Plastic Logic, ndr). Il restera sans doute un marché pour les appareils dédié à la lecture, surtout si des géants comme Amazon essaient de profiter de leur position de leader pour signer des accords exclusifs sur les contenus.