Un mineur se cachait derrière le sondage Facebook «Obama doit-il être tué?»

POLEMIQUE Aucune charge ne sera retenue contre l'adolescent...

Philippe Berry

— 

Même si certains résistent encore par principe, la plupart des recruteurs n'hésitent plus à chercher sur internet des informations personnelles sur les postulants à un emploi.stra.
Même si certains résistent encore par principe, la plupart des recruteurs n'hésitent plus à chercher sur internet des informations personnelles sur les postulants à un emploi.stra. — Leon Neal AFP/Archives
De notre correspondant à Los Angeles

L'auteur du sondage dont vous nous parlions mardi n'était donc pas un dangereux terroriste, ni un ultraconservateur opposé à la réforme de l'assurance maladie. Il s'agissait en fait d'un mineur, selon le porte-parole du Secret Service (chargé de la protection des présidents américains), rapporte l'agence AP.
 
Après avoir discuté avec l'adolescent et ses parents, le Secret Service a estimé qu'il n'y avait pas de menace et aucune charge de sera retenue. «L'affaire est bouclée. Je pense qu'on peut qualifier le geste d'erreur», a conclu son porte-parole Ewin Donovan.
 
Modération
 
Le sondage, publié sur Facebook via une application développée par un développeur-tiers, a fait beaucoup de bruit. La question «Obama doit-il être tué» disposait des réponses suivantes:
  • oui
  • peut-être
  • s'il me coupe mon assurance maladie
  • non
 
Facebook avait rapidement retiré le sondage et suspendu jusqu'à nouvel ordre l'application.
 
 
Débat: Avec 300 millions de membres, Facebook peut-il (et devrait-il), selon vous, modérer plus étroitement ce qui se passe sur son réseau?