Electronic Arts présente beaucoup de suites, des jedis et Pete Sampras sur scène

E3 L'éditeur ne prend pas de risque mais assure le spectacle avec «Mass Effect 2» ou «Star Wars: The Old Republic»...

Philippe Berry, à Los Angeles

— 

Des chevaliers jedi sur scène, à Los Angeles, pour la présentation de Star Wars Old Republic lors de l'E3, le 1er juin 2009
Des chevaliers jedi sur scène, à Los Angeles, pour la présentation de Star Wars Old Republic lors de l'E3, le 1er juin 2009 — M.Anzuoni/Reuters
De notre envoyé spécial


Microsoft a ouvert lundi matin les pré-conférences du salon de Los Angeles et a frappé fort. Electronic Arts, premier éditeur-tiers mondial (notamment grâce à sa gamme sportive), avait choisi pour la sienne l'Orpheum Theatre, une salle historique du centre ville de Los Angeles. Tour d'horizon des jeux présentés, sur lesquels nous reviendrons en détail les prochains jours, après avoir mis nos mains sur les manettes ou discuté avec les développeurs.

 

«Dante Inferno». Un trailer très cinématique pour ce fort attendu jeu d'action, par les créateurs de «Dead Space». Le background, inspiré par «La divine comédie» de Dante, est original. Mais le jeu donne vraiment l'impression d'être face à un clone de «God of War».

 

 

«Les Sims» est la saga la plus vendue au monde. EA a profité de l'E3 pour faire la promotion du 3e épisode qui sort en fin de semaine en France. Rendez-vous vendredi pour le test sur 20minutes.fr.

Et les filles
Ensuite –et cela est une des tendances du secteur– EA passe au rose et aux étoiles, avec plusieurs titres destinés aux filles, génération Hannah Montana (le show de Disney avec Miley Cyrus). Plusieurs gameuses d'une dizaine d'année montent sur scène. La salle est quasi debout (et se moque) pour «Charm Girls Club» et sa «pyjama party», sur Wii. Bon, rien de remplacera une vraie bataille de polochons.

  

«Dragon Age: Origins», ou la dark fantasy explorée par les créateurs du jeu de rôle «Baldur Gate». Pour les connaisseurs, le futur titre n'est pas sans évoquer l'ancien «Icewind dale». Il faut se contenter d'une bande annonce un peu plus longue que le teaser déjà disponible sur Internet. Ses créateurs n'ont pas lésiné sur l'hémoglobine, et on a même droit à une scène un peu olé olé. «Yeah baby», hurle quelqu'un dans la salle.

 

«Mass Effect 2», suite logique du jeu d'aventure acclamé pour sa narration et son univers de SF ultra immersif, s'est montré dans un trailer qui fait déjà envie. Les développeurs promettent une jouabilité remaniée. Verdict dans les jours prochains sur leur stand.

 

«Fight Night Round 4». Moteur physique amélioré, plus de combattants... Le refrain est classique chez EA Sports. Mention spéciale malgré tout à l'«instant replay», disponible à tout moment, dans lequel les impacts et la déformation des corps est bluffante.

 

«MMA» (pour Mixed martial art), un jeu qui fusionnera plusieurs art martiaux mais dont on ne voit rien. Une sorte d'Ultimate fighting, donc.

 

Avec «Tiger Woods PGA Online», on joue sans rien installer, via un pluggin pour le navigateur (à l'image de «Quake Live»).

 

Teambuilder.easports.com, un site disponible dès aujourd'hui permet de créer son équipe de football US en ligne et de la partager. L'aspect social est également de la partie pour «Madden NFL 10», avec des contenus, explique le speaker, accessibles sur Internet «même en utilisant le Wifi de votre voisin». Et oui, ils ont «fait une application iPhone».


Dans sa volonté de toucher un public différent, EA a sorti «Sport Active» il y a deux semaines aux Etats-Unis sur la Wii. Similaire à Wii Fit, «Sport active» s'est déjà vendu à 600.000 exemplaires, se félicite EA. Une utilisatrice vient raconter comment cela lui a permis en 1 mois de rentrer dans sa robe préférée après sa grossesse.

 

«Grand slam tennis», sur Wii, qui se veut plus complet et réaliste que Wii Sports. Pete Sampras a ressorti le short pour venir faire une démonstration sur scène. Il ne tire pas la langue au service. Sympathique, mais ce n'est pas plus «Top Spin» ou «Virtua Tennis»

 

EA montre «The Saboteur», le jeu d'infiltration qui se déroule à Paris pendant la 2nde guerre mondiale, dans une version jouable. L'esthétique très «Sin City» (en noir et blanc avec quelques couleurs flashy bien choisies) est incontestablement réussie. Après avoir assassiné quelques nazis, le héros va faire un tour à Pigalle. Et remonte sa braguette en sortant. La salle apprécie. Disponible pour les fêtes.

 

«Brütal Legend», un jeu d'action/aventure avec Jack Black qui qui tue des démons, une guitare électrique sur le dos. Humour décalé très «hair metal», avec la présence digitalisée de Lemmy de Motörhead ou encore Ozzy Osbourne. Disponible Rocktober 13. Et parce Jack Black est grand, The best song in the word s'écoute ici.

 

Crytek (les papas du premier «Far Cry») dont le blockbuster «Crysis» s'est vendu comme des petits pains, annoncent –sans rien montrer– sa suite, qui sortira sur XBOX 360, PS3 et PC. La date de sortie n'a pas été communiquée. De quoi laisser le temps à Nvidia ou ATI de sortir une carte graphique assez puissante.

 

 

«All Points Bulletin», par l'un des créateurs de GTA, proposera un univers online persistant, avec une ville grouillante dans laquelle le joueur peut incarner un personnage qu'il a créé dans les moindres détails. Si dans World of Warcraft, on choisit d'incarner un troll ou un elfe noir, ici ce sera plutôt membre de gang ou des forcse de l'ordre. A l'applaudimètre, «APB» est visiblement bien accueilli. Vidéo sur le site internet officiel.

 

Ecran noir. Des trompettes résonnent. Des jedis et de lord siths débarquent. C'est l'équipe de «Star Wars, The Old Republic», le futur MMORPG (jeu de rôle multijoueurs en ligne) de Bioware et Lucas Arts. Selon BioWare, chaque personnage de l'univers a sa propre voix. Le long trailer montre des batailles dantesques et en met plein les mirettes. EA avait gardé le meilleur pour la fin.