Google accusé d’avoir volé une partie du code d’Android

ACCUSATION L’université de Purdue, qui estime en être l’origine, a déposé une plainte contre le géant du numérique

Anaëlle Lucina pour 20 Minutes
— 
Google est accusé d?avoir volé une partie du code d?Android
Google est accusé d?avoir volé une partie du code d?Android — Geeko

La Purdue Research Foundation (PRF), qui fait partie de l’université américaine de Purdue, vient de déposer une plainte contre Google devant un tribunal fédéral du Texas. Cette unité de recherche assure en effet qu’une partie du code d’Android, le système d’exploitation de Google, viole l’un des brevets de Purdue. Concrètement, la PRF accuse un ingénieur de Google d’avoir utilisé un brevet de la PRF pour composer une partie du code d’Android.

Un brevet d’outil d’analyse

Le brevet en question concerne un outil qui existe dans Android Studio. Il s’agit du principal produit pour le développement d’applications Android.

En clair, l’université de Purdue affirme qu’un article contenant ces recherches s’est retrouvé sur un forum Android en 2012. Selon l’action en justice, la firme de Mountain View aurait vu l’article sur le sujet et aurait inclus le code correspondant dans son système d’exploitation. Android Lint, l’outil du système en question, permet d’analyser les fichiers sources d’un projet Android pour trouver d’éventuels bugs en termes de sécurité, de performances, de facilité d’utilisation, d’accessibilité ou d’internationalisation.

Le PRF a reçu le brevet de cet outil de détection d’erreurs en 2019. L’université attribue ainsi l’invention de cette technologie à l’un de ses professeurs, Y. Charlie Hu. Avec cette plainte, l’université espère recevoir un paiement rétroactif de redevances pour l’utilisation de son brevet, ainsi que des dommages et intérêts.

Un dialogue difficile

Selon l’université, l’équipe aurait passé des semaines à tenter d’organiser une réunion avec les dirigeants de Google. Sans réponse. « Le procès contre Google a été intenté après une enquête préalable d’un an qui a révélé la violation délibérée par Google de plusieurs brevets de PRF. PRF a essayé pendant des semaines d’organiser une réunion avec Google, mais lorsque Google a refusé des conditions raisonnables pour une réunion, Purdue n’a eu d’autre choix que d’intenter une action en justice », peut-on lire dans la déclaration de l’université à Endgadget.

En fait, PRF affirme avoir envoyé un avis de violation à Google en août 2021. Malgré cette notification, le géant technologique aurait continué à inclure le « code controversé » dans Android Studio malgré tout. D’où le dépôt de cette plainte début février.