NKM répond à Dailymotion

POLEMIQUE Dans une lettre adressée à la secrétaire d'Etat à l'Economie numérique, le site accuse la majorité de laisser un «courant anti-Internet prospérer»...

Sa. C.

— 

 
  — MEIGNEUX/SIPA

L’UMP est-elle en guerre contre le Net? Dans une lettre adressée à la secrétaire d'Etat à l'Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, Dailymotion lui reproche ouvertement de laisser un «courant de pensée anti-Internet prospérer» dans la majorité.
 
La lettre, envoyée le 24 février dernier et dont le figaro.fr a eu copie, est signée par Martin Rogard et Guiseppe di Martino, respectivement directeur France et directeur juridique de Dailymotion. Selon eux, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) a manqué à sa fonction en ne corrigeant pas la proposition de Frédéric Lefèbvre de créer une commission d'enquête sur les plateformes vidéo. Or, Dailymotion est le premier site de ce type en France. «Nous avons été surpris par l’absence de communication de votre ministère à ce sujet et regrettons qu’en laissant ce courant de pensée anti-Internet prospérer, vous ne nous concouriez pas à donner une image de notre industrie plus proche de la réalité», écrivent-ils. Or, qui ne dit mot consent. Et c’est justement ce que Martin Rogard et Guiseppe di Martino reprochent à NKM.

NKM répond


La réponse de la secrétaire d'Etat ne s'est pas fait attendre. Dans un communiqué transmis mercredi soir à l'AFP, elle a rejeté les critiques du directeur France de Dailymotion, Martin Rogard, qu'elle a accusé d'être «le moins bien placé» pour «dénoncer un soi-disant silence» de sa part.

«Martin Rogard est l'acteur de l'internet le moins bien placé pour écrire cette lettre, ou dénoncer mon soi-disant silence», écrit la secrétaire d'Etat qui dit avoir rencontré Martin Rogard «à plusieurs reprises» et considère que la démarche de ce dernier est motivée par «des raisons professionnelles et personnelles». Et de conclure: «A l'heure où internet est trop souvent et injustement mis en cause, comme un havre de brigands et de criminels, ou comme le responsable de toutes les faillites, les défenseurs d'internet, de son bon usage, comme moi et, j'en suis sure, comme Martin Rogard, feraient bien mieux de s'unir, plutôt que de polémiquer, on se demande bien pour le bénéfice de qui.»
 
Politique numérique déconnectée
 
Les deux signataires de la lettre dénoncent également une politique numérique déconnectée de la réalité: «Ces temps-ci, il est facile de résumer l'atmosphère dans laquelle nous évoluons en France, à la différence de ce que peut connaître notre société dans le cadre de son expansion à l'étranger […]: tu as une idée, je la taxe, je te régule! Vous créez, je taxe, nous vous régulons! C'est cela la "grammaire des affaires"? Pour nous entrepreneurs du Net, c'est là une conjugaison bien malheureuse, déconnectée du temps numérique, celui des nouvelles générations», ajoutent-ils. Une référence à peine voilée à la loi Création et Internet, examinée à l’Assemblée.
 
Pour Dailymotion, l’industrie de l’Internet est la laissée pour compte du gouvernement. «Nous comprenons mal pourquoi, parmi les 1.000 mesures du plan de relance gouvernemental, une seule concerne les nouvelles technologies…», ajoute la lettre. «Alors que les Etats-Unis cherchent des solutions pour aider les PME du secteur, en France nous en sommes toujours à parler de légalité, de droits d'auteur et à diaboliser Internet», a expliqué Martin Rogard au figaro.fr.