Google pourrait limiter le recueil des données personnelles sur Android

APPLICATIONS Motivée entre autres par un outil imaginé par Apple, l’entreprise de Mountain View veut trouver le juste milieu entre la protection des données personnelles et l’aide au ciblage de ses annonceurs

20 Minutes avec agence

— 

Le siège de Google à Mountain View (illustration).
Le siège de Google à Mountain View (illustration). — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Google réfléchit à des moyens de limiter le recueil de données personnelles des utilisateurs des applications mobiles sous Android. Le géant du numérique envisage aussi la mise en place d’un dispositif conçu pour empêcher le pistage des internautes d’un programme à l’autre. Celui-ci remplirait les mêmes fonctions qu’App Tracking Transparency, un outil développé par Apple, note Bloomberg.

La marque à la pomme intégrera à iOS 14.5, sa prochaine mise à jour pour iPhone et iPad, cette solution antipistage protégeant les informations personnelles.

Un dispositif moins strict

Google poursuit le même but et est susceptible de s’inspirer de la démarche de son concurrent. L’entreprise a cependant à cœur de mettre un point un dispositif alternatif moins strict. Elle entend en effet rassurer ses clients soucieux de leur vie privée, mais pas seulement.

Google souhaite tout autant prendre en compte les besoins de ses annonceurs publicitaires. Ceux-ci comptent notamment sur les données collectées via les applis pour pouvoir cibler efficacement les destinataires de leurs campagnes. La vente d’espaces publicitaires numériques rapporte chaque année à Alphabet 100 milliards de dollars (environ 83 milliards d’euros).

Trouver l’équilibre

La société de Mountain View n’a donc pas intérêt à rendre plus difficile le ciblage et les mesures de performances marketing de ces annonceurs. Google a d’ailleurs consulté certains d’entre eux au cours de la mise au point de ses futurs outils de protections des données personnelles.

L’entreprise souhaite en fait trouver un juste équilibre. « Nous sommes toujours à la recherche de moyens de travailler avec des développeurs pour placer la barre plus haut en matière de vie privée », a expliqué un porte-parole. Le représentant a néanmoins précisé que Google avait pour autre priorité d'« offrir un écosystème sain reposant sur la publicité ».