Un kit qui assure les basses tâches

Christophe Séfrin

— 

Les enceintes de bureau Expressionnist BASS (FX3022) d'Altec Lansing portent bien leur nom. D'un design racé et original, elles affichent clairement leur vocation : garantir des basses profondes à la musique et aux jeux de nos ordinateurs. Connectées en un rien de temps, elles tiennent leurs promesses. Grâce au haut-parleur de graves de 4 pouces, dissimulé horizontalement dans la base de chaque satellite, l'écoute gagne vraiment en consistance. De leur côté, les deux « tweeters » gèrent harmonieusement médiums et aigus. Assurément, avec ses 25 watts RMS, ce kit 2.2 a du coffre, le volume se réglant par deux petits boutons au sommet de l'une des enceintes.

Egalement appréciable, le faible encombrement de l'ensemble, les Expressionnist BASS ayant élagué l'embarrassant caisson des kits 2.1. Et on peut leur connecter un baladeur via une entrée auxiliaire. Le prix, fixé à 130 euros, semble donc justifié, d'autant qu'avec leur finition laquée noire ou blanche, ces deux enceintes en jettent.

Reste deux défauts. D'abord le constructeur a « oublié » les boutons de réglage pour mieux doser graves et aigus. Etonnant, alors que des kits plus anciens et moins chers - comme l'illustre VS4121 que l'on trouve désormais à moins de 60 euros sur le Web -, en sont pourvus. Du coup, le son peut, selon les morceaux, sembler trop mat et manquer de brillance. Ultime bémol : posé sur un bureau, l'Expressionnist BASS peut à fort volume engendrer des vibrations. On lui pardonne.