Des bidouilleurs font fonctionner un netbook sous le système d'exploitation de Google

INFORMATIQUE Selon eux, on pourrait voir Android débarquer sur ces ordinateurs ultra ultra portables très bientôt...

Philippe Berry, à Los Angeles

— 

Un netbook Asus tournant sous le système d'exploitation Android de Google
Un netbook Asus tournant sous le système d'exploitation Android de Google — VenturaBeat

Un peu de vocabulaire pour commencer (si un geek sommeille en vous, vous pouvez le sauter en cliquant ici)

- Le système d’exploitation (ou Operating system, OS, en anglais) c’est le gros programme qui fait le pont entre le matériel (hardware) et les applications (software) d'un ordinateur. Par exemple, quand on écrit dans Word, il faut manipuler des registres, écrire sur le disque dur etc. Certains OS sont fermés/propriétaires (comme Widnows, avec Microsoft qui garde jalousement ses secrets). D’autres sont ouverts, ou open-source. Un peu comme si une recette de cuisine était publique, avec des utilisateurs libres de la modifier/adapter. Au départ, les systèmes d’exploitation des téléphones étaient ultra basiques. Mais les smarts-phones sont désormais de vrais ordinateurs miniatures

- Android est le système d’exploitation mobile développé par Google et la Open Handset Alliance. A la base, il est destiné aux téléphones portables, comme ce modèle du constructeur  HTC, baptisé –à tord- Google Phone avant sa sortie en septembre dernier



Google n’a jamais été très bavard sur ses ambitions avec Android. La comm’ autour de son système d’exploitation, embarqué depuis moins de trois mois sur quelques téléphones portables, se limite en général à un très langue de bois: «Nous voulons proposer la meilleure expérience mobile avec un système open source.» Qu’à cela ne tienne: l’expérience réalisée par des bidouilleurs en dit plus long sur les ambitions de Google que n’importe quel discours corporate.

 

 

Matthäus Krzykowski et Daniel Hartmann, du site tech VentureBeat (et derrière la startup Mobile Fact) ont réussi à faire fonctionner un netbook (voir encadré en bas) sous Android. Selon eux, la prouesse ne leur a pris que quelques heures de boulot. Assez pour démarrer l’Asus EEEPC 1000H avec une prise en charge de la plupart des éléments hardware (dont le son et le Wifi).

 

>>> voir les images en bas de cette page

 

Alors certes, l’affichage et l’interface ne sont pas optimisés. Pour l’instant. Car en bidouillant dans le code, les deux compères ont fait une découverte de deux lignes intéressantes:

android.policy_phone
android.policy_mid

Des instructions au système d’exploitation pour s'occuper de téléphones donc. Mais aussi pour de «MID», qui se révèle être l’acronyme employé par Intel pour... Mobile Internet Device –soit des netbooks comme le Asus.

 

Selon Daniel et Matt, «la facilité avec laquelle» ils ont peut faire tourner un netbook sous Android montre que cela a été pensé en amont par Google. Ils estiment qu'on pourrait voir une machine commercialisée avec Android d'ici trois mois –mais que, compte-tenu des délais de production, ce sera plutôt en 2010.

 

Bien sûr, pour qu’Android se démocratise sur des netbooks (voire des PC), il faudra que les développeurs d’applications suivent. Et que l'OS (Operating system), basé sur un noyau Linux, réussisse à devenir mainstream (ce que Linux, même si des distributions comme Ubuntu équipent pas mal de netbooks, n’a jamais réussi à faire). Dans tous les cas, avec des ventes de netbooks en plein boom, c’est Steve Ballmer, le patron de Microsoft, qui doit avoir des nuits agitées...

(Note: Google n’est pour l’instant pas disponible pour réagir. Si cela change, l’article sera mis à jour)

D'après vous, Google va-t-il marcher un peu plus sur les plate-bandes de Microsoft ?
C’est quoi un netbook?

Un netbook, c’est un ordinateur ultra ultra portable, destiné principalement à la bureautique et au surf. En général, l’écran fait entre 8 et 10 pouces, et la machine, dépourvue de lecteur de dvd, pèse à peine plus d’un kilo. Si ces machines sont bien moins puissantes que les portables derniers cris (et tournent donc soit sous linux ou windows XP), elles ne coûtent qu’entre 300 et 400 euros. Surtout, elles consomment beaucoup moins d’énergie. Et proposent donc une autonomie bien plus longue.