Au Web08, on chante tous ensemble

INTERNET Les participants ont souvent le même look et un gourou appelé Internet...

AA

— 

Le blogueur Loïc Le Meur a créé une "île Sarkozy" dans le monde virtuel de Second Life, qui permet aux internautes de discuter politique et d'écouter certains débats organisés par l'UMP dans le cadre de la présidentielle.
Le blogueur Loïc Le Meur a créé une "île Sarkozy" dans le monde virtuel de Second Life, qui permet aux internautes de discuter politique et d'écouter certains débats organisés par l'UMP dans le cadre de la présidentielle. — Franck Fife AFP/Archives

Le Web08, le grand raout du Net organisé par le couple Le Meur les 9 et 10 décembre, a-t-il pris des airs de secte? Ce mardi matin, en pleine conférence, un intervenant a réussi à faire chanter «Frère Jacques» aux participants, tous debout dans les rangs. Un défi que l'on n'aurait pas cru réalisable dans le cadre d'un événement consacré à Internet, ses usages et ses technologies.

«Au Club Med, on fait chanter et danser aussi les gens, tempère Benoît Laurent, un entrepreneur du Web venu de Marseille. Ici, c'est pareil.» Sauf que 100% des présents ont un appareil photo, une caméra ou un téléphone doté de ces fonctions. «Vous avez donc 100% de chances de finir sur le Net, photographié en train de chanter en choeur», conclut, lucide, le Marseillais.

Conjurer le sort

Les mauvaises langues diront que cette chorale était un moyen de prier pour que le Wifi revienne. Un Wifi qui n'a pas tenu l'assaut des quelque 2.000 inscrits à l'événement surfant sur le Web au même moment.

Ce qui donne une grand messe sur le Web sans Web: un paradoxe intenable qui n'a que faire des centaines de milliers d'euros investis par les organisateurs dans le réseau, le point pourtant crucial.

«C'est la posture de base du geek»


Parmi les participants qui déambulent à la recherche d'une connexion, la plupart sont des silhouettes masculines qui portent un jean de couleur brut et une barbe de trois jours. Marqueurs de «coolitude branchée», apprend-t-on, et que les dirigeants de MySpace et Google ont aussi choisi.

Autres signes de confrérie: le port - affiché - d'un iPhone et d'un ordinateur portable, respectivement scotchés à l'oreille et aux genoux. «C'est la posture de base du geek», sourit un participant, lui-même dans la tendance. Seuls, ici et là, quelques femmes, dont une avec son bébé, et deux originaux en kilt dénotent.

«Ceux qui bossent sur le Net sont forcément un peu barrés», explique Richard Malterre, chef de projet d'une start-up. «Ils ne fabriquent pas de l'acier, ne sont pas dans le concret, mais travaillent sur des idées et sur du virtuel».

Leur gourou s'appelle Internet. Et d'ailleurs, le clan UMP ne s'y est pas trompé en envoyant en reconnaissance au Web08 des dizaines de députés et élus locaux. «Pour l'évangélisation des esprits», sourit l'un des responsables de la communication Internet de la majorité.