Les geeks ne sont pas prêts à tout montrer

INTERNET C'est ce que révèle une enquête sur les réseaux sociaux...

David Carzon

— 

Mi-octobre, Alex Türk le patron de la Cnil (Commission informatique et liberté) s'inquiétait de savoir si les internautes ont conscience des traces qu'ils laissent en utilisant les réseaux sociaux.

Les premiers résultats d'une enquête en ligne inédite donnent des éléments de réponse: beaucoup savent très bien ce qu'ils font et cette exposition de soi n'est pas si différente de la vie réelle. Cette étude «Sociogeek», réalisée par plusieurs acteurs du Web 2.0, a été pensée sous forme d'un quiz qui s'est rapidement diffusée sur la Toile. A tel point que 11.000 internautes ont accepté de répondre ce qui donne un échantillon non pas représentatif de la population française, mais des gens actifs sur le Web.

Stratégie autour de leur image

A la question de savoir ce que les internautes dévoilent d'eux, l'étude révèle certains tabous: on ne montre pas ses parents, la souffrance, la douleur, le sexe… «On se rend compte que les gens ne sont pas si exhibitionnistes que ça, analyse Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération (Fing).

Ils ne laissent pas tomber toutes les barrières au motif qu'ils sont sur des réseaux sociaux. Au contraire, ils ont des vrais stratégies autour de leur image selon qu'ils veulent par exemple, se créer un capital social.»

Les réflexes sont souvent les mêmes que dans la vie «réelle». «Quand on accepte d'entrer en relation avec quelqu'un par l'intermédiaire du web, on se base sur des critères comme la beauté, l'éducation ou la position sociale, poursuit Daniel Kaplan. De manière assez classique, on va chercher des gens qui nous ressemblent ou qui représentent un idéal type. Il n'y a pas de transformation radicale de notre mode d'entrée en relation.»

CANTINE
L'idée de cette enquête collective est née à La Cantine, un haut-lieu francilien de rencontres entre acteurs du web 2.0 qui veut identifier les tendances de fond des usages de l'Internet. Les résultats de l'enquête qui va se poursuivre jusqu'à la fin de l'année seront accessibles à tous.