Google : Un mécanisme caché permettrait de traquer les internautes

RGPD C’est un concurrent de Google qui a fourni des preuves de la mise en place d’un mécanisme de contournement de la protection de la vie privée des utilisateurs

20 Minutes avec agence

— 

Le siège de Google, à Mountain View, en Californie.
Le siège de Google, à Mountain View, en Californie. — Marcio Jose Sanchez/AP/SIPA

Selon un concurrent de Google, le géant américain ne respecterait pas ses obligations au titre du règlement général sur la protection des données ( RGPD). La société Brave, qui a développé un navigateur Internet « respectueux de la vie privée », a fourni des preuves à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) irlandaise, comme elle l’indique dans un post de blog, relayé par Les Echos. Des éléments qui viennent s’ajouter à l’enquête déjà ouverte au printemps dernier par cet organisme.

Google se défend face à ces accusations

L’entreprise Brave assure ainsi que Google a créé un mécanisme de contournement de la protection de la vie privée des utilisateurs à l’aide de pages Web cachées, les « Push Pages ». Avec ce système, la firme de Mountain View pourrait permettre à ses clients publicitaires de mieux cibler leurs annonces, sans que les internautes ne soient au courant.

« Nous ne diffusons pas de publicités personnalisées ni ne partageons de demandes d’enchères sans le consentement de l’utilisateur », a réagi un porte-parole de Google, cité par Les Echos. Le géant américain explique que la pratique dénoncée par son concurrent s’appelle le « cookie matching » et qu’elle respecte la vie privée des utilisateurs. Reste à savoir ce qu’en pensera la Cnil irlandaise sachant que les amendes pour ce type d’infraction peuvent atteindre 4 % du chiffre d’affaires mondial de l’entreprise. Soit pas moins de 5 milliards de dollars dans ce cas précis.