Un petit singe noir avec de grosses lèvres rouges... Prada, accusée de «blackface», retire de la vente plusieurs articles

RACISME Créé par la marque de luxe italienne, et décliné sous la forme de différents articles, ce petit personnage est accusé de « blackface » sur les réseaux sociaux...

H. B.

— 

La collection intitulée Pradamalia de la marque Prada.
La collection intitulée Pradamalia de la marque Prada. — Capture d'écran Facebook Chinyere Ezie

La figurine, baptisée Otto, représente un petit singe noir avec d’énormes lèvres rouges. Créé par la marque de luxe Prada, et décliné sous la forme de différents articles (porte-clés, t-shirts, colliers, étuis de téléphone…), ce petit personnage est accusé de « blackface » et suscite la polémique sur les réseaux sociaux.

C’est la publication de Chinyere Ezie, une avocate new-yorkaise, qui a mis le feu aux poudres. Choquée par cette « imagerie raciste et dénigrante », elle a pris des photos et a fait part de sa « colère » sur sa page Facebook.

« Alors que je revenais à New York après une visite touchante du Smithsonian National Museum of African American History and Culture, qui proposait une exposition sur le « blackface », je suis passée à côté du magasin Prada de Soho et j’ai été confrontée aux mêmes images racistes et dénigrantes (…) »a-t-elle écrit sur le réseau social. Sa publication sur Facebook est rapidement devenue virale, elle a été partagée près de 10.000 fois en quelques heures.

« Prada n’a jamais eu l’intention d’offenser qui que ce soit »

La marque a réagi vendredi sur son compte Twitter, indiquant que les produits à l’effigie d’Otto, issus de sa nouvelle gamme Pradamalia, seraient retirés de la vente. « Le groupe Prada a horreur des images racistes », a assuré l’entreprise. « Les Pradamalia sont des breloques fantaisies composés d’éléments de l’œuvre de Prada. Ce sont des créatures imaginaires qui ne sont pas censées faire référence au monde réel et certainement pas au blackface », a déclaré le groupe.

« Prada n’a jamais eu l’intention d’offenser qui que ce soit et nous abhorrons toutes les formes de racisme et d’images racistes. Dans cet intérêt, nous retirerons les personnages en question de leur présentation et de leur diffusion », a ajouté la marque.

Un appel au boycott sur les réseaux sociaux

L’annonce n’a pas suffi à calmer les velléités de boycott de certains internautes. « Prada utilise des blackface en 2019. Et dit qu’ils sont des éléments de l’œuvre de Prada. Votre première erreur a été d’utiliser le mot œuvre. 84 % de nous ont dû chercher ce mot. Clowns », a tweeté un internaute.

« Je ne peux plus porter vos produits. Tout ce que je dois à Prada va être vendu, donné ou mis à la poubelle. Vous ne pouvez pas nous faire ça », a déclaré un autre twittos.

Ce n’est pas la première fois qu’une marque de luxe italienne est accusée de racisme. En 2016, Dolce & Gabanna avait sorti une paire de chaussures d’été nommées « sandales d’esclave »…