Salon de la photo 2018: Les appareils hybrides mitraillent en rafale pour sauver une photo de qualité

PHOTO Dans un marché qui subit chaque année davantage la concurrence des smartphones, l’appareil photo hybride s’impose comme son principal rival, avec des arguments…

Christophe Séfrin

— 

Le Z, premier hybride plein format de Nikon.
Le Z, premier hybride plein format de Nikon. — NIKON
  • Le Salon de la photo 2018 se tient jusqu’au 12 novembre Porte de Versailles à Paris.
  • Toujours en crise, le secteur espère beaucoup dans le boom des ventes des appareils photo hybride, qui attirent le public et les professionnels.
  • Des annonces récentes de Canon et Nikon dans cet univers avec l’arrivée d’hybrides plein format pourrait accélérer leur développement.

Des clics, et des claques. Le marché de la photo n’en finit plus de souffrir. Alors que le Salon de la Photo se tient jusqu’à dimanche à Paris* et attend 60.000 visiteurs, les chiffres du secteur restent alarmants. « De janvier à septembre 2018, les ventes d’appareils photo ont perdu en France 19 % de leurs volumes », constate Jérémy Hoffmann, chef de groupe marketing chez Panasonic France. « C’est aussi un marché qui promet de nombreuses innovations et plein de rebondissements », rassure pour sa part Fabrice Abuaf, chef de produit hybrides à objectifs interchangeables, chez Sony France.

Canon et Nikon en renfort

Dans cet univers où le prix moyen d’un appareil photo ne cesse paradoxalement d’augmenter depuis 4 ans (il est actuellement de 400 euros environ), ce sont les ténors du secteur, Canon et Nikon, qui provoquent aujourd’hui un rebondissement. Avec leurs EOS R, et  Nikon Z6 et Z7, les géants japonais viennent d’annoncer leur arrivée dans l’univers des appareils photo hybrides plein format, un secteur jusqu’alors abandonné à la concurrence.

De taille réduite et à objectifs interchangeables, les hybrides ne disposent pas de viseur optique, mais d’un viseur électronique ou d’un écran LCD pour la visée. Ils sont légers et maniables. Avec un capteur plein format, leur qualité photo est identique à celle d’un appareil photo reflex, beaucoup plus lourd et encombrant.

L'hybride plein format Canon EOS R.
L'hybride plein format Canon EOS R. - CANON

Des hybrides à tous les prix

Reste qu’un appareil photo hybride plein format est encore très cher et réservé, pour l’instant, à des photographes passionnés, voire fortunés : 2499 euros pour le Canon EOS R ; 2299 euros pour le Nikon Z6 et 3699 euros pour le Nikon Z7, vendus « nus ». Face à eux, Sony brandit son Alpha 7 Mark II, un hybride plein format à seulement 1189 euros « nu », et sans doute (attention, spoil…) entre 1500 et 2000 euros en kit en fin d’année, en surveillant les promotions… Un investissement qui ne peut cependant être conditionné que par une vraie passion pour la photo.

Le Sony Alpha 7 MII: un plein format presque accessible.
Le Sony Alpha 7 MII: un plein format presque accessible. - SONY

 

Moins engageant financièrement, mais permettant de progresser dans la prise de vue, les hybrides avec capteur APS-C (1,5 fois plus petits) ou micro 4/3 (deux fois plus petit) restent plus accessibles, comme le GX800 de Panasonic, autour de 400 euros.

Le Panasonic GX800, belle entrée en matière dans l'univers des hybrides.
Le Panasonic GX800, belle entrée en matière dans l'univers des hybrides. - PANASONIC

 

Panasonic profite d’ailleurs du Salon de la Photo pour présenter en avant-première au public ses deux premiers hybrides plein format : les S1 et S1R, dotés d’une monture Leica et commercialisés en 2019. Leur tarif est encore inconnu, mais on les imagine très chers. « Tout cela va cependant créer une émulation sur le marché, et les ventes d’hybrides, en constante progression, pourraient encore bondir de 15 % en 2019 », analyse-t-on chez Sony.

« Le reflex disparaîtra à terme, estime Jérémy Hoffmann, chez Panasonic. L’ergonomie plus avantageuse des hybrides devrait séduire les professionnels après le grand public. Mais Canon et Nikon restent les seuls décisionnaires ». Cette année, les Français devraient acheter 120.000 appareils photo hybrides, contre près de 200.000 réflex. Selon les constructeurs que nous avons interrogés, la bascule devrait s’opérer en 2020, année où l’hybride se vendrait davantage que le reflex.

*Du jeudi 8 au lundi 12 novembre, Parc des expositions de la Porte de Versailles, à Paris. Ouvert de 10h à 19h et de 10h à 18 h (lundi 12). Entrée : 12 euros (plein tarif) ; 6 euros (tarif réduit), gratuit (- 12 ans).