«Active Shooter»: Jouer le rôle d'un tueur de masse sur un campus crée le malaise

POLÉMIQUE Depuis quelques jours, la plateforme de jeux vidéos Steam a mis en ligne « Active Shooter », un jeu qui vous propose notamment d'incarner un assaillant sur un campus d'université... 

Stacie Arena

— 

Active Shooter
Active Shooter — Fredzone

Revived Games n'a pas cédé à la pression, et a bien mis en ligne son nouveau jeu Active Shooter sur la plateforme Steam il y a quelques jours. Problème : ce nouveau concept a provoqué la polémique. Pour cause, le nouveau jeu propose au joueur d'incarner le rôle d'un membre du Swat, d'un étudiant en fuite ou tout simplement... le rôle d'un assaillant au sein d'un campus américain et de tuer des étudiants à bout portant. Pour leur défense, Revived Games mise sur le bon sens : après tout vous avez le choix d'être ce type là ou non. 

Rapidement, certaines associations telles que Charity Infer Trust, se sont mobilisées, considérant qu'il était intolérable de commercialiser un tel jeu vidéo alors qu'on comptabilise 22 fusillades depuis le début de l'année aux Etats-Unis : « C'est ignoble, qui peut penser que c'est une bonne idée de commercialiser quelque chose de violent comme ça, en étant insensible à la mort d'autant d'enfants ? Nous sommes consternés.» 

L'eternel débat de la geekosphère 

Alors que la BBC elle-même parle d'un jeu où il s'agit uniquement de « massacrer autant de civils que possible », cette polémique soulève à nouveau le débat : peut-on créer un jeu vidéo ludique tout en plaçant le joueur dans la peau d'un meurtrier de masse ? Cela peut-il influencer son rapport à la violence ? A ça, la Charity Infer répond que c'est tout simplement de « très mauvais goût » et qu'on ne peut être insensible à la violence provoquée par Active Shooter

Du côté de Revived Games, les développeurs font l'autruche. Refusant toute interview et tout communiqué à la BBC et autre média, les créateurs d'Active Shooter ont tenu tout de même à prévenir les joueurs dès le démarrage du jeu sur Steam. On peut effectivement lire le message suivant : « S’il vous plaît, ne prenez rien de tout cela au sérieux. Le jeu n’a pas pour but d’être autre chose qu’une simulation. » Pas très convaincant. 

>> A lire aussi : Fusillades de masse: Comme en 1999, les jeux vidéo pointés du doigt aux Etats-Unis

>> A lire aussi : Le Youtubeur jeux vidéo John Peter Bain, alias Totalbiscuit, est décédé