Nice: InMyFridge, l'appli pour donner les aliments oubliés au fond du frigo

ANTI-GASPI Quatre étudiants de Sophia-Antipolis luttent contre le gaspillage alimentaire…

Mathilde Frénois

— 

Illustration d'un yaourt
Illustration d'un yaourt — M.Libert/20 Minutes
  • Disponible gratuitement sur l'AppleStore et PlayStore, elle permet de poster les produits en approche de la date butoir pour les donner.
  • Il suffit de scanner le code-barres et d’entrée la date de péremption.

Des gnocchis achetés avec une date de péremption trop courte. Du jambon abandonné au fond du frigo. Et un taboulé que l’on n’aura pas le temps de manger. C’est pour éviter que tous ces produits oubliés ne finissent à la poubelle qu’une équipe de quatre Azuréens ont créé l’application InMyFridge.

« Un soir, on avait fait les courses chacun pour soi, raconte Adrian Palumbo, 23 ans, l’un des quatre élèves ingénieurs à Sophia-Antipolis à l’origine de l’application. L’un d’entre nous a proposé une raclette. Tout le reste qu’on avait acheté périmait, on a dû les jeter. »

Gratuit sur iOS et Android

Pour trouver une solution alternative à la poubelle, « la solution de facilité » selon Adrian Palumbo, le quatuor se lance dans la création d’une application. Disponible gratuitement sur AppleStore et PlayStore, elle permet de poster les produits qui approchent de la date butoir pour les donner. « Si vous avez dans le frigo un paquet gnocchi en trop, il est possible de le poster, explique le co-fondateur. Il suffit de scanner le code-barres et d’entrer la date de péremption. Le reste de la description (le nom, les ingrédients, les indices de nutrition…) est inscrit automatiquement par l’application. »

A l’autre bout de la plateforme, l’utilisateur dispose d’une carte où les aliments disponibles sont géolocalisés. Les deux partis entrent en contact et le produit est donné. InMyFridge, ou comment allier économie de confiance et lutter contre le gaspillage.

>> A lire aussi : Nice: La plateforme SoKyoot offre une seconde vie aux vêtements des bébés

>> A lire aussi : Côte d'Azur: A Cannes, on trie pour gagner des cadeaux (et rattraper le retard)