BlackBerry attaque Facebook en justice pour violation de brevets

TECHNOLOGIE L'entreprise affirme que Facebook Messenger et WhatsApp utilisent des éléments protégés...

20 Minutes avec AFP

— 

Face à son aîné, le tout-tactile Z10, le Blackberry Q10 revient aux fondamentaux de la marque avec un clavier physique.
Face à son aîné, le tout-tactile Z10, le Blackberry Q10 revient aux fondamentaux de la marque avec un clavier physique. — CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé de BlackBerry. Le groupe canadien de logiciels de télécommunications, qui a arrêté de fabriquer des smartphones, a annoncé mardi avoir déposé une plainte contre Facebook pour violation de ses brevets pour les applications de messageries du réseau social américain.

BlackBerry accuse Facebook, et ses filiales Instagram et WhatsApp, d’avoir violé les brevets qu’il détient sur l’encodage des messages et les notifications. Le groupe canadien cherche à obtenir une injonction contre le réseau social, ainsi que des dommages-intérêts pour les pertes encourues, bien qu’il n’ait fourni aucun montant.

« Nous avons beaucoup de respect pour Facebook et l’importance qu’il accorde aux capacités des messageries électroniques, dont certaines ont été inventées par BlackBerry », a dit Sarah McKinney, porte-parole de BlackBerry dans un communiqué.

Des fonctions utilisées par tout le monde

BlackBerry souhaite établir un partenariat avec « Facebook, Instagram et WhatsApp » en vue « d’un avenir branché et sécuritaire », selon le communiqué. « Cependant, nous sommes fondés à prétendre que Facebook a violé notre propriété intellectuelle, et après plusieurs années de dialogue, nous avons aussi l’obligation envers nos actionnaires d’utiliser les recours juridiques appropriés », a estimé BlackBerry.

Selon la plainte, l’entreprise affirme notamment avoir breveté l’icône affichant le nombre de messages non lus d’une conversation. On ne sait pas exactement pourquoi l’entreprise cible Facebook, alors que toutes les messageries modernes utilisent une interface relativement similaire.

« Après avoir arrêté d’innover… »

Facebook a fermement démenti à l’AFP ces accusations qui « reflètent malheureusement l’état des activités de messagerie » du groupe canadien, selon Paul Grewal, directeur adjoint du service juridique de Facebook. « Après avoir arrêté d’innover, BlackBerry cherche désormais à taxer l’innovation des autres. Nous avons l’intention de nous battre », a-t-il ajouté.

Après avoir abandonné la fabrication en direct de téléphones, BlackBerry s’est recentré sur son métier de base dans les logiciels de sécurité et d’assistance aux entreprises et administrations.