Eric Besson au numérique: «Dommage que ce soit un poste à mi-temps»

AA

— 

La permanence de campagne d'Eric Besson, ancien socialiste et actuel secrétaire d'Etat à la Prospective et à l'évaluation des politiques publiques, et plusieurs édifices publics, ont été la cible de tags, dans la nuit de vendredi à samedi, à Donzère (Drôme), ont indiqué les gendarmes.
La permanence de campagne d'Eric Besson, ancien socialiste et actuel secrétaire d'Etat à la Prospective et à l'évaluation des politiques publiques, et plusieurs édifices publics, ont été la cible de tags, dans la nuit de vendredi à samedi, à Donzère (Drôme), ont indiqué les gendarmes. — Martin Bureau AFP/Archives

Un nouveau portefeuille fait son apparition dans le gouvernement Fillon remanié: celui de l’économie numérique, confié à Eric Besson, déjà ministre en charge de la prospective et l'évaluation des politiques publiques. La liste des chantiers qui l'attendent est longue: le piratage, la télévision mobile, la taxe envisagée sur Internet et les opérateurs téléphoniques pour financer la suppression de la pub dans l'audiovisuel public...
Comment cette nomination est-elle perçue par les acteurs du Web? 20minutes.fr a recueilli leurs réactions.

Contents, mais...

Soulagement à l’association Renaissance numérique, un groupe de réflexion composé d'universitaires et de dirigeants de Google France, Yahoo, Club-Internet ou Orange. «On est content que quelqu’un ait enfin été nommé, alors que cela fait un an qu’on le demande», souligne Pierre Kosciusko-Morizet, de PriceMinister. Lors de sa campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait promis de créer un poste dédié à Internet. Il l’a fait. Mais qu’à demi, regrette Catherine Barba, directrice de cahstore.fr, car Besson n’a pas que le numérique dans son chapeau - alors que les rumeurs précédant le remaniement évoquaient un secrétariat d’Etat dédié.

«C’est comme si on avait quelqu’un à mi-temps», dit encore Catherine Barba. «Il est déjà très occupé par ses autres tâches. Aura-t-il suffisamment de temps à consacrer au numérique?», s’interroge Pierre Kosciusko-Morizet.

Chez Dailymotion, on acquiesce. «On espérait une personnalité politique à plein temps sur ce sujet - ne serait-ce qu'en signe de la priorité donnée au numérique, disent les dirigeants de la plate-forme vidéo, mais on place néanmoins un grand espoir dans l'apparition du terme économie numérique dans le portefeuille d'un membre du gouvernement.»

Les priorités


Pour l’instant, on ignore encore dans quelles directions travaillera Eric Besson et le montant du budget que l’Etat pourra consacrer à son portefeuille. Tout comme l'articulation entre les différentes instances décideuses. «On espère que le nouveau schéma ministériel (on a un secrétaire d'Etat à l'Industrie, Luc Chatel, un aux prestataires de service, Hervé Novelli, et un à l'Internet, Eric Besson), soit vraiment productif», résume-t-on chez Dailymotion.

Pour Renaissance numérique, il y a urgence à favoriser le taux d’équipement de la population en matériel informatique et à développer le e-commerce, sachant que la part de l'économie numérique dans la production française est de 6% (contre 13% aux Etats-Unis et 17% en Corée).

«Si seulement la moitié des foyers français sont connectés à Internet, c’est moins par manque de couverture du réseau que parce qu’acheter un ordinateur coûte encore cher pour les ménages», explique Pierre Kosciusko-Morizet.

Les dirigeants de Dailymotion insistent: «Internet n'est pas une menace ou un secteur à taxer, mais une opportunité pour la croissance et l'emploi en France».
«Les propositions sont encore gazeuses. On a hâte d’entrer dans l’action. D’ailleurs, il faut qu’on puisse rencontrer le ministre dès la semaine prochaine!», conclut Catherine Barba.